En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Ok
Le crowdfunding peut être solidaire

Le crowdfunding peut être solidaire

Le financement participatif peut aussi concerner des projets d’utilité sociale ou environnementale.

Il est déjà solidaire en soi : le financement participatif implique toujours d’adhérer à un projet pour le soutenir financièrement, avec - ou pas - promesse de voir revenir vers soi certains bénéfices.

Lorsque l’objectif est de donner plus de sens à son engagement, on peut parler de financement participatif solidaire : déjà, un certain nombre de plates-formes proposent ce type d’investissement, orienté avec des projets écologiques, d’utilité sociale, de solidarité internationale. L’un des premiers sites de crowdfunding à s’être engagés en ce sens, Babyloan, a déjà octroyé plus de 10 millions d’euros de microcrédits. Et les chiffres, en hausse continue depuis la création du site ne sont pas près de contredire le succès de la plateforme : 3 à 4 millions d’euros de prêts devraient être accordés cette année, contre 2 millions en 2014.
Un autre acteur, Spear, a convaincu suffisamment d’épargnants pour récolter l’année dernière 1,5 million d’euros, soit 50 % de plus qu’en 2013 , pour aider une dizaine d’entreprises solidaires à se développer.

Un label pour le crowdfunding solidaire

Le crowdfunding solidaire est déjà riche de quatre sites labellisés par Finansol, le collectif représentant les acteurs de la finance solidaire en France : Babyloan, Fadev, Prêt de chez moi et Spear, pourraient bientôt être rejoints par BlueBees, une petite plateforme qui monte, le premier sur le créneau du financement participatif dédié aux projets d’agriculture et d’écologie. Mais mettre une petite ou plus importante partie de ses économies dans un projet aussi louable soit-il, ne met pas à l’abri du risque. Les dossiers présentés sont en principe très solides, et la plateforme se porte garante pour les pertes éventuelles entraînées par un projet qui ne réussirait pas.
L’épargnant a donc plus à craindre de la plateforme elle-même, qui doit être suffisamment solide pour ne pas faire supporter au particulier les pertes des projets défaillants… Un label comme celui de Finansol fait donc la différence.

Banques en ligne

Article rédigé par Elsa Rédacréa
Journaliste, Rédactrice web et Photoreporter
pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Lire

L'article

Carton plein pour l’assurance-vie Le 25/09/2015 à 09h19
Lire

L'article

Citéco, un site pour aborder la finance et l’économie Le 24/09/2015 à 14h52
Lire

L'article

Banques de réseau : la confiance s’étiole Le 23/09/2015 à 14h49