En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Ok
La Chine mise sur les FinTech

La Chine mise sur les FinTech

En 2016, comme le rapporte une étude d'Accenture, la Chine a investi près de 10 milliards de dollars dans les FinTech. Elle devance les Etats-Unis (9,2 milliards de dollars) et laisse l'Europe loin derrière elle (2,4 milliards de dollars).
La Chine mise sur les FinTech

Les FinTech chinoises ont bénéficié d'un investissement de 7,7 milliards de dollars en 2016.

La Chine, l’empire des méga-deals FinTech

L’organisme britannique Innovate Finance évalue les investissements dans les FinTech chinoises à 7,7 milliards de dollars en 2016 (+ 84 %). A titre comparatif, les Fintech américaines n’ont récolté « que » 6,2 milliards de dollars. On retrouve le poids de la Chine en découvrant le classement mondial des FinTech signé par KPMG : 4 des 5 premières positions sont tenues par des start-up chinoises.

Ces résultats sont en partie dus à des opérations très importantes en termes de levée de fonds, les méga-deals, et non en termes de nombre d’opérations (28 en Chine contre 650 aux Etats-Unis). Alipay, l'application mobile de paiement en ligne conçue par le Chinois Alibaba, , décroche ainsi un record avec une levée de fonds de 4,5 milliards de dollars. Deux autres opérations ont franchi le cap du milliard de dollars : Lufax, leader du crédit entre particuliers, et JD Finance, unité « finance » de JD.com, géant de l’e-commerce.

FinTech : Les BATX remplacent les GAFA

La Chine s’appuie sur un marché intérieur d’1,3 milliard de personnes dont la culture s’intéresse à la technologie, la créativité et l’innovation. Les FinTech comptent aussi sur le soutien des pouvoirs publics qui ont une capacité très importante à impulser et à entretenir une dynamique. Ils jouent sur une politique protectionniste empêchant les grands acteurs étrangers de s’immiscer sur ce marché.

Si l’occident a ses GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), la Chine a ses BATX : le moteur de recherche Baidu, le géant e-commerce Alibaba, le spécialiste des services internet et mobile Tencent, et l’acteur numéro un de la téléphonie mobile Xiaomi. Ces mastodontes investissent pleinement dans les start-up de la finance : Baidu avec Baifa (épargne), Alibaba avec Alipay (paiement sans contact) et Yu’e Bao (épargne), Tencent avec WeChat Payment et Licaitong (épargne) et Xiaomi avec Huqibao (fond de placement monétaire) et Mi Pay (paiement sans contact). L’objectif est de multiplier les services intégrés afin d'immerger les utilisateurs dans un écosystème complet...comme les GAFA.

Les banques traditionnelles chinoises sont également confrontées aux FinTech. Avec 90 % des opérations bancaires qui se déroulent désormais en ligne, elles investissent massivement dans la digitalisation de leurs services à l’image de ce qui se passe en Occident : intelligence artificielle, robots conseillers, Big Data, blockchain et autres cyber-sécurité.

Banques en ligne

Article rédigé par Olivier B.
Rédacteur web pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

paiements professionnels nont plus de frontière avec IbanFirst
Lire

L'article

[FINTECH] Les paiements professionnels n'ont plus de frontières avec IbanFirst ! Le 20/06/2017 à 14h31
quand les FinTech proposent une offre bancaire pour les pro
Lire

L'article

IbanFirst, N26, Qonto : quand les FinTech proposent une offre bancaire pour les pro Le 17/06/2017 à 08h20
ces Fintech qui évitent des découverts bancaires
Lire

L'article

Ces Fintech qui évitent des découverts bancaires Le 14/06/2017 à 09h05