En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Ok

Les produits d'épargne

Les livrets réglementés (ou livrets "classiques") sont réglementés par l’Etat. Ce dernier définit le taux de rémunération des comptes épargne en fonction du taux d’inflation de de la France.

Le livret A : c’est le livret le plus populaire chez les français. Vous ne pouvez en ouvrir qu'un seul par personne dans la banque de votre choix. Le solde est disponible à tout moment. Vous pouvez ainsi vous constituer un capital jusqu'à un plafond de 15 300 euros, net d'impôt.

Le livret d’épargne populaire (LEP) est réservé aux personnes non ou peu imposables. Il est exonéré des prélèvements sociaux et fiscaux. Vous pouvez verser un montant minimum de 30 euros chaque mois pour ainsi atteindre une épargne jusqu'à 7 700 euros.

Le livret jeune est proposé par toutes les banques et s'adresse aux jeunes de 12 à 25 ans. Son taux est intéressant car il est exonéré des prélèvements sociaux. Même si son plafond est relativement bas (1 600 euros), il permet ainsi aux jeunes de se constituer un capital pour commencer dans leur vie.

Le compte épargne logement (CEL) est un placement qui permet d'économiser en vue d'un projet immobilier. Vous pouvez disposer ce l'argent en toute liberté sans prévenir votre banquier. Le Compte Epargne Logement vous permet d'obtenir un prêt avantageux avec une prime d'Etat pour l'achat de votre maison ou de votre appartement. Vous pouvez y verser librement un montant minimum de 75 euros dans la limite de 15 300 euros pour une durée maximale de 10 ans. Passé ce délai, si vous ne comptez pas acquérir de logement, votre compte sera automatiquement fermé et son solde sera versé sur votre compte courant.
Du point de vue de la fiscalité, le montant des intérêts lors de leur inscription en compte et le montant de la prime d'épargne lors de son versement sont soumis aux prélèvements sociaux. Les intérêts calculés par quinzaine et la prime sont exonérés d’impôts mais soumis aux prélèvements sociaux.

Le plan épargne logement (PEL) fonctionne sur le même principe que le Compte Epargne Logement mais présente des avantages plus larges avec un plafond de 61 200 euros sur une durée de 10 ans. Vous devrez verser 45 € minimum par mois. La fréquence est libre mais vous devez verser 540 € au total chaque année. Attention, si le PEL a plus de 10 ans, on ne peut plus verser d'argent et des prélèvements sociaux sont retirés. Si le PEL a moins de 12 ans, les intérêts sont exonérés d'impôt.

Livret développement durable (ancien CODEVI) : créé en 2007, vous permet d'investir dans les projets de développement industriel durable. Vous pouvez verser librement 15 euros jusqu'à un montant limité de 6000 euros. Ce livret n'est pas soumis à la fiscalité.

L'assurance-vie : il ne faut pas confondre l'assurance vie avec une assurance classique comme par exemple l'assurance habitation.
Le contrat d'assurance-vie peut prendre deux formes :
-L'assurance en cas de décès. La totalité du capital constitué pendant la période du contrat sera versé au bénéficiaire en cas de décès du souscripteur. La Loi TEPA, en faveur du Travail, de l'Emploi et du Pouvoir d'Achat d'août 2007, étend le droit de succession à certains bénéficiaires comme le conjoint, le partenaire d'un Pacs, les frères et soeurs et exonèrent désormais totalement les bénéficiaires du paiement des droits de succession.
-L'assurance en cas de vie est un capital qui sera versé au souscripteur à la fin de la période fixée entre l'établissement et le souscripteur de l'assurance.Il s'agit bien d'un placement d'épargne basé sur l'investissement d'un capital dans les marchés financiers.

L'assurance-vie est un contrat conclu entre vous et l'établissement bancaire. Ce dernier vous verse un capital sous forme de rente moyennant des placements sur les marchés financiers sous forme de SICAV (Société d'Investissement à Capital Variable) monétaire, d'actions (une part de la société) ou d'obligations (prêt à une entreprise).

Il y a deux types de placements d'assurance-vie :
-Placements monosupport : Contrat destiné généralement aux assurés cherchant la sécurité d'un fond en euros. La rémunération peut varier de 3 à 6 %. Le capital est garanti par l'assureur.
-Placement dans des SICAV (Société d'Investissement à Capital Variable), FCP (Fonds Commun de Placements) ou SCPI en unités de compte (Société civile de placement immobilier. Ce sont des sociétés d'investissement collectif qui ont pour but d'acheter et de gérer un patrimoine immobilier locatif grâce à l'émission de parts de SCPI dans le public). Ce placement est plus risqué puisque son rendement est étroitement lié à la performance des marchés financiers. Il y a la possibilité d'une perte partielle ou totale de l'investissement.

Les SICAV sont des sociétés d'investissement à capital variable dont le capital est au moins égal à 8 millions d'euros. Pour obtenir ce capital, ces sociétés émettent des actions ou des obligations par l'intermédiaire des marchés financiers auprès d'un large public tel que les épargnants. Au moment de la souscription du contrat, sachez qu'il y a des frais d’entrée et de sortie dans le capital pouvant varier jusqu’à 4,75% maximum. Il y a aussi des frais de gestion de 1% environ.

Les Fonds Communs de Placements (FCP) sont tout simplement des épargnants qui mettent en commun leur argent pour investir dans des actions et des obligations.
L'épargne répartie en actifs (SICAV, Obligations, actions, FCP ) est ainsi gérée par la banque ou par le souscripteur lui même s'il est suffisamment connaisseur des mécanismes des marchés financiers.

Les Société Civiles de Placements Immobiliers (SCPI) sont des sociétés regroupées pour investir dans un patrimoine immobilier. Lorsque vous achetez des parts d'une SCPI, vous êtes co-propriétaire de ce patrimoine et en retirez le bénéfice des loyers et de la vente d'immeubles.

information mise à jour le 24/08/2016