En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
Sécurité post-attentats : l'Etat veut rendre plus transparentes les cartes prépayées

Sécurité post-attentats : l'Etat veut rendre plus transparentes les cartes prépayées

Le gouvernement veut agir pour rendre moins anonymes les transactions réalisées via ces modes de paiement.

Le gouvernement veut lutter contre le manque de transparence des transactions réalisées via les cartes de paiement prépayées, qui ont vraisemblablement permis, en partie, la réalisation des attentats de Paris.

Selon le ministère de l’Economie, une somme de 30 000 euros environ aurait été nécessaires à la préparation des actes terroristes perpétrés en novembre, un montant fractionné en un grand nombre de débits peu élevés ayant transité, entre autres, par des cartes prépayées. Ces transactions peu élevées, réalisées par le biais de ce mode de paiement « anonymisé » sont difficiles à repérer, et les pouvoirs publics aimeraient voir ce manque de clarté tomber. En facilitant des règlements de 700, 800 euros, ce mode de paiement a par exemple autorisé « la location de voitures et d’appartements », selon Bercy, sans soulever le moindre soupçon. Un certain nombre de cartes prépayées peuvent être en effet utilisées sans que soit vérifiée l’identité de celui qui en requiert l’emploi : c’est notamment le cas des cartes non rechargeables de moins de 250 euros et de celles permettant jusqu’à 2 500 euros de règlement sur une année civile.

Même si Tracfin veille, Bercy veut « réglementer très fortement ce marché ». Des pistes sont déjà proposées, comme « la prise d’identité systématique, lors de l’achat ou du rechargement, avec conservation de la copie des documents fournis au moment de l’achat ». Le ministère veut également limiter « l’alimentation du rechargement des supports de monnaie électronique par des moyens de paiements non traçables » tels que les espèces, les bons de rechargement, la monnaie électronique anonyme. Et veut encourager « les opérateurs, émetteurs, gestionnaires et distributeurs de la monnaie électronique » à mieux surveiller leurs produits et les transactions qu’ils permettent… Une volonté de transparence de grande ampleur qui se heurte à une énorme vitalité de l’innovation dans le secteur, les modes de paiement alternatifs se développant de plus en plus vite.

Banques en ligne

Article rédigé par Elsa Rédacréa
Journaliste, Rédactrice web et Photoreporter
pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Lire

L'article

Boursorama Banque confirme que le marché français est sa priorité Le 22/06/2018 à 08h23
La néobanque N26 revendique 1 million de clients en Europe
Lire

L'article

La néobanque N26 revendique 1 million de clients en Europe Le 18/06/2018 à 08h32
hsbc change de cap
Lire

L'article

De la restructuration à la croissance : HSBC change de cap Le 17/06/2018 à 09h22