En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
De découvert en découvert

De découvert en découvert

Les Français ont plus souvent recours au découvert. Une situation que la baisse du marché du crédit renouvelable n'a fait qu'accentuer

Les comptes à vue des Français sont de plus en plus fréquemment à découvert.

C’est ce que montrent les dernières données de la Banque de France, qui mettent en exergue un record de 7,6 milliards d’euros à la fin juin 2015. Ce chiffre est le plus constaté depuis juin 1993, date des premières publications détaillées sur le sujet éditées par l’institution. Et la tendance est à la hausse continue depuis sept ans maintenant. Le nombre de foyers titulaires d’un compte ordinaire débiteur à un moment ou à un autre du mois ne cesse, lui, aussi, d’augmenter. D’après des données révélées par l’Observatoire des Crédits aux ménages, plus d’un quart des ménages est aujourd’hui concerné. Le découvert ne correspond pas toujours à un déficit chronique, synonyme de fin de mois difficile sans qu’aucune parade n’ait pu être trouvée pour éviter cette situation.

Le découvert considéré comme un outil budgétaire

En fait, un certain nombre de ménages utiliseraient le découvert comme un « outil budgétaire », en anticipant les rentrées d’argent. Cette manière d’envisager le découvert est d’autant plus fréquente que le foyer possède un ou plusieurs crédits à la consommation. Selon l’Observatoire des crédits aux ménages, 49 % des foyers qui ont uniquement des crédits à la consommation et 47,9 % de ceux qui détiennent à la fois de crédits immobiliers et des crédits à la consommation se servent du découvert bancaire. Mais uniquement 16 % des ménages qui ne se trouvent pas en situation de surendettement utilisent le découvert, et seulement 25,9 % des ménages qui n’ont que des crédits immobiliers.
Les différentes enquêtes liées au sujet soulignent évidemment le recours au découvert en cas de panne récurrente de revenus. Et mettent l’accent sur le risque, dans ce cas plus précis, de perte de contrôle du niveau de découvert, qui peut mener très vite vers le surendettement. Le renforcement de règles sur le crédit renouvelable de 2010, qui a fait chuté ce marché, aurait favorisé le recours plus systématique au découvert.

Banques en ligne

Article rédigé par Elsa Rédacréa
Journaliste, Rédactrice web et Photoreporter
pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Open banking : le Crédit du Nord veut être un pôle d'interactions pour fidé
Lire

L'article

Open banking : le Crédit du Nord veut être un pôle d'interactions pour fidéliser ses clients Le 17/08/2018 à 07h26
Le plan de transformation digitale de BNP Paribas suit son cours
Lire

L'article

Le plan de transformation digitale de BNP Paribas suit son cours Le 15/08/2018 à 09h50
Intelligence Artificielle dans la banque : des perspectives freinées
Lire

L'article

Intelligence Artificielle dans la banque : des perspectives freinées Le 14/08/2018 à 09h49