En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
Un geste pour les business angels

Un geste pour les business angels

L'année passée, les investissements des business angels ont progressé de 56 % avec un montant moyen de 400 000 euros

Business angels pour jeunes start-up

Les business angels sont déjà très actifs en France et ces acteurs permettent de faire émerger et de développement de jeunes entreprises, notamment liées aux nouvelles technologies. Le gouvernement a décidé de les encourager à investir, et à rester en France en leur proposant un cadre fiscal plus attractif : des dispositions législatives allant dans ce sens seraient intégrées à la loi de Finances rectificative mise sur la table en juin prochain. Les business angels, qui investissent dans des entreprises en devenir, sont le plus souvent eux-mêmes d’anciens entrepreneurs. Objectif des mesures en préparation : mettre en place un « compte entrepreneur » assorti d’un assouplissement de la fiscalité, pour ne pas freiner les initiatives. Un moyen pour le gouvernement de soutenir la création de start-up et alléger un maquis fiscal souvent décrié par les entrepreneurs souhaitant apporter de l’argent frais aux start-up, une démarche récompensée fiscalement.

Un projet nécessitant un encadrement

Aujourd’hui, les deux principaux leviers de l’investissement dans les jeunes entreprises innovantes sont la réduction de l’impôt de solidarité sur la fortune, à l’entrée, et la réduction de l’imposition des plus-values, à la sortie, liée aux abattements pour durée de détention. Mais le dispositif a ses faiblesses : la déduction des moins-values est effective lors d’une revente à perte ou si l’entreprise sur laquelle portait l’investissement a fait faillite.
D’autre part, si l’investisseur souhaite réinvestir le montant d’une plus-value obtenue après la vente de titres, il ne peut réengager que le montant perçu après taxation. Des obstacles qui pourraient être levés bientôt, avec une suspension de l’imposition des plus-values à partir du moment où l’argent est réinvesti dans de nouvelles entreprises. Le projet du nouveau cadre du « compte-entrepreneur » annoncé par le gouvernement devra encore être précisé, notamment par la définition des entreprises ou fonds concernés.

Banques en ligne

Article rédigé par Elsa Rédacréa
Journaliste, Rédactrice web et Photoreporter
pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Lire

L'article

Boursorama Banque confirme que le marché français est sa priorité Le 22/06/2018 à 08h23
La néobanque N26 revendique 1 million de clients en Europe
Lire

L'article

La néobanque N26 revendique 1 million de clients en Europe Le 18/06/2018 à 08h32
hsbc change de cap
Lire

L'article

De la restructuration à la croissance : HSBC change de cap Le 17/06/2018 à 09h22