En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
Bien débuter avec des SICAV et FCP

Bien débuter avec des SICAV et FCP

En une année, l'indice CAC40 en Bourse a bondi de 25 %, alors qu'au même moment, les placements sans risque continuent de vivoter. Alors, comment profiter de cette tendance haussière grâce aux placements diversifiés des SICAV et autres FCP ?
Bien débuter avec des SICAV et FCP

Fonctionnement des SICAV et FCP en quelques mots

Les SICAV et les Fonds communs de placement (FCP) font partie de la catégorie des organismes de placements collectifs (OPC). Ce sont des véhicules financiers permettant d’investir sur les marchés, tout en délestant leur détenteur de leur gestion quotidienne. Seuls les fonds garantis « garantissent » le capital. A l’opposé, les produits action sont les plus exposés. En termes de gain du placement, deux types d’offres coexistent : les produits de distribution (N) par coupon annuel, trimestriel ou mensuel, et les supports de capitalisation (C), les revenus étant réinvestis dans le portefeuille. Les revenus se font selon le rôle du marché et la compétence du gérant.

En ce qui concerne la fiscalité, les gains distribués sont taxés à leur origine (en France selon le barème progressif à l’impôt sur le revenu avec un abattement de 40 %). Auparavant, un prélèvement forfaitaire non libératoire est appliqué par le gestionnaire lors de l’encaissement, le taux étant fixé à 21 %. Quant aux prélèvements sociaux de 15,5 %, ils portent sur l’ensemble des dividendes perçus sans abattement. Pour les plus-values, les gains sont soumis à l’impôt dès le 1er euro de cession. Des abattements existent sur les OPC appliquant un quota d’investissements en actions de 75 %. L’ensemble des gains est soumis au barème de l’impôt progressif, sans oublier les 15,5 % de prélèvements sociaux.

Bourse en ligne : gare aux frais cachés

Il est essentiel de bien intégrer les frais de gestion directs et indirects, les commissions de mouvement et de surperformance, ponctionnés sur l’actif. Or, l’information souffre d'un manque de transparence. Les épargnants voient leurs revenus imputés de 18 milliards d’euros par l’industrie financière sans toujours être renseignés. En 2016, pour les SICAV et les FCP, ce chiffre atteindrait 6,5 milliards d’euros en France, représentant 2 % de l’épargne prélevée chaque année.

Afin de limiter ces frais, les épargnants peuvent privilégier les placements les moins onéreux pour une qualité comparable. Citons le fonds indiciel Lyxor CAC 40 qui présente 0,25 % de frais. Il est proposé via quelques contrats d’assurance-vie dont celui de Boursorama Banque. Les banques en ligne ont d’ailleurs un avantage concurrentiel puisque passer un ordre de Bourse n’implique qu’un faible coût. D’ailleurs, Boursorama, Fortuneo et ING Direct ont été lauréats du Trophée d’Or du Revenu grâce à la qualité de leur contrat d’assurance-vie.

Si vous désirez investir dans la bourse en ligne, il vous faudra clarifier vos objectifs, déterminer votre horizon de placement, évaluer votre sensibilité au risque, faire jouer la concurrence, sélectionner la bonne enveloppe fiscale, contrôler les frais d'entrée et de sortie, et rester informé !

Banques en ligne

Article rédigé par Olivier B.
Rédacteur web pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Binck.fr, meilleur Service Client 2019
Lire

L'article

Binck.fr, meilleur Service Client 2019 Le 02/11/2018 à 07h29
Boursorama Banque, leader de la banque en ligne en France
Lire

L'article

Boursorama Banque, leader de la banque en ligne en France Le 13/08/2018 à 09h15
Fortuneo simplifie son offre de bourse en ligne
Lire

L'article

Fortuneo simplifie son offre de bourse en ligne Le 16/07/2018 à 10h24