En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Ok
[INTERVIEW] - Yomoni, la fintech qui veut gérer votre épargne

[INTERVIEW] - Yomoni, la fintech qui veut gérer votre épargne

Laurent Girard, CEO et co-fondateur de Yomoni, première société de gestion qui propose une offre sur-mesure en gestion pilotée aux particuliers, répond aux questions de banques-en-ligne.fr.
Laurent Girard CEO et co fondateur de Yomoni

Banques-en-ligne.fr (BEL) : Yomoni en quelques chiffres ?

Laurent Girard (LG) : Yomoni c’est une équipe de 25 personnes, gérant plus de 20 millions d’encours que nous ont confiés 3000 clients au 31 mars 2017. Nous nous appuyons sur 2 partenaires solides le Crédit Agricole Titres et Crédit Mutuel Arkéa, pour déposer les avoirs de nos clients en toute sécurité. Nous avons l’ambition de monter de nombreux partenariats avec d’autres Fintech et sociétés technologiques pour démultiplier la distribution et l’innovation.

" Yomoni, première société de gestion à proposer à tous les particuliers une offre sur mesure en gestion pilotée" : Laurent Girard

BEL : Pouvez-vous nous décrire votre offre Yomoni ? A qui s’adresse-t-elle ?

LG : YOMONI est la première société de gestion à proposer à tous les particuliers une offre sur mesure en gestion pilotée, aux frais de gestion abordables et 100% en ligne. Concrètement, Yomoni prend en main la gestion de l’épargne moyen et long terme de ses clients en intervenant à trois niveaux :
Yomoni commence par aider ses clients à définir leur projet d’épargne et propose l’enveloppe fiscale (Compte titres, PEA ou assurance vie) et le niveau de risque financier qui correspond à chacun,
- L’équipe de gestion de Yomoni investit l’épargne de ses clients et veille au quotidien sur les marchés pour ajuster l’allocation des portefeuilles,
- L’équipe clients de Yomoni veille, quant à elle, à préserver l’adéquation entre le niveau de risque choisi initialement et l’évolution du projet ou de la situation du client.

" Plus de la moitié de nos clients choisissent de bénéficier d’un entretien personnalisé avec nos conseillers " : Laurent Girard

BEL : Comment accueillez-vous vos clients et comment déterminez-vous leur profil investisseur ? Le client peut-il changer de profil en cours d’année ?

LG : L’essentiel de nos clients entre en relation avec Yomoni via le parcours web de conseil et de recommandation. Celui-ci commence par un questionnaire intelligent permettant de proposer une enveloppe fiscale et un profil de risque. Cette recommandation est basée sur 23 questions qui alimentent un algorithme développé par les ingénieurs financiers de Yomoni. Après cette première recommandation, le profil de risque peut être affiné au fur et à mesure du parcours. Si toutes ces étapes reposent sur des algorithmes financiers au démarrage, plus de la moitié de nos clients choisissent de bénéficier d’un entretien personnalisé avec nos conseillers financiers. Ce service est gratuit, et disponible à la demande. Le client peut changer de profil autant de fois qu’il le souhaite.

BEL : Votre offre comporte 3 enveloppes supports (PEA, Compte-titres et contrats d’assurance vie). Un client peut-il investir sur plusieurs d’entre eux en ayant un profil investisseur différent pour chacun ?

LG : Oui et c’est indispensable. Nous souhaitons pouvoir gérer l’intégralité de l’épargne de nos clients. Pour cela il est indispensable de pouvoir leur proposer d’ouvrir plusieurs projets d’épargne correspondant à des objectifs différents et donc à un couple enveloppe fiscale / niveau de risque différent. Par exemple, un client peut disposer d’un compte titre modérément exposé au risque pour préparer un achat immobilier d’ici quelques années, d’une assurance vie moyennement exposée pour financer les études de ses enfants dans 10 ans et d’un PEA plus risqué pour un projet à long terme sans date précise de réalisation.

BEL : Quel est le montant minimum pour investir chez Yomoni ?

LG : L’investissement minimum est de 1 000 euros.

" Les frais pratiqués en moyenne en France pour ce genre de service sont souvent plus de deux fois plus élevés " : Laurent Girard

BEL : Quelle est votre tarification ?

LG : Les frais vont de 0,6% à 1,6% de l’encours par an en fonction du niveau de risque. Il est très important de comprendre que ces frais comprennent l’intégralité des coûts que le client supportera, sachant que Yomoni ne percevra au maximum que 0,7%. L’ assureur ou le teneur de compte percevra 0,6%. Les produits financiers que Yomoni utilise dans les portefeuilles ne dépassent pas quant à eux 0,3%. A titre de comparaison, les frais pratiqués en moyenne en France pour ce genre de service sont souvent plus de deux fois plus élevés.

BEL : Qui sont les assureurs avec qui vous travaillez ?

LG : Nous travaillons avec la compagnie Suravenir qui est l’assureur du groupe Crédit Mutuel Arkéa.

BEL : Pouvez-vous nous expliquer comment sont choisis les fonds d’investissement proposés dans les différents profils d’investisseurs ?

LG : L’équipe de gestion suit un processus de sélection des fonds systématique et dynamique sur un univers de plus de 5000 ETF et fonds indiciels. Les 4 critères principaux de sélection sont la liquidité du fonds, les frais associés, la qualité de réplication ainsi que la pérennité du gestionnaire. La conformité de l’univers est analysée sur une base hebdomadaire. Une veille générale de la galaxie ETF est effectuée tous les trimestres.

" Le robot est un outil indispensable mais l’humain garde la main " : Laurent Girard

BEL : Quelle est la part du robot et celle du conseiller dans la gestion des actifs ?

LG : Les choix de gestion structurants sont systématiquement pris in fine par le comité d’investissement présidé par le directeur de la gestion. Le rôle des algorithmes est de donner des éléments d’analyse, de réaliser des simulations ou des tests. De plus l’automatisation permet de gagner beaucoup de temps dans la conversion d’une stratégie d’investissement en une série d’ordres concrets dans les portefeuilles des clients. Le robot est un outil indispensable mais l’humain garde la main.

BEL : Utilisez-vous le machine learning ou tout autre forme d’Intelligence Artificielle au travers de vos robots ?

LG : Nous utilisons de l’intelligence artificielle pour 2 principaux usages : une assistance pour les conseillers qui adapte et personnalise les contenus en fonction des conversations engagées par chat (solution externe) et l’automatisation progressive du contrôle des dossiers de souscription pour gagner en efficacité et en délai de traitement.

BEL : Comment sont informés vos clients des arbitrages réalisés ?

LG : Chaque réallocation donne lieu à une communication par mail et l’ajout d’une mention dans l’espace client détaillant la réallocation. Dans certains cas, les réallocations les plus stratégiques sont également commentées lors de conférences vidéo auxquelles nous invitons tous nos clients..

" La philosophie de Yomoni est de prendre complètement en main l’épargne de ses clients pour qu’ils n’aient plus à s’en soucier " : Laurent Girard

BEL : Pourquoi avoir lancé Yomoni Kids ?

LG : L’ouverture d’une offre d’épargne dédiée aux enfants - Yomoni Kids - est clairement issue des retours clients. Dès le démarrage de l’activité, de nombreux clients nous ont demandé de pouvoir ouvrir un compte directement au nom de leur enfant. Outre les avantages en termes de transmission et de sanctuarisation de cette épargne, nous avons aussi souhaité que cette offre soit l’occasion de sensibiliser les plus jeunes à l’épargne personnelle et à la finance.

BEL : Vous êtes souvent comparés à Marie Quantier et WeSave. En quoi vous distinguez-vous ?

LG : La philosophie de Yomoni est de prendre complètement en main l’épargne de ses clients pour qu’ils n’aient plus à s’en soucier, il s’agit d’une gestion déléguée. Marie Quantier propose plutôt de fournir des outils d’aide à la décision et d’analyse. Les clients doivent alors prendre eux-mêmes la décision d’investissement et passer eux-mêmes les ordres, il s’agit d’une gestion conseillée.

Wesave offre une expérience plus proche de la nôtre. Nous nous différencions par quelques points saillants telle que la largeur de notre offre (Yomoni propose l’ouverture de compte titres et PEA, une offre pour les enfants ou les expatriés), des frais moins élevés (Yomoni ne facture pas de frais de gestion sous mandat sur le fonds euros contrairement à Wesave, ce qui peut représenter jusqu’à une économie de 0,7% sur l’encours par an sur un profil 1), des plages d’ouverture du service client plus importantes (jusqu’à 21h le soir et le samedi).

Surtout, nous sommes le seul roboadvisor en France à disposer d’un agrément de société de gestion de portefeuille délivré par l’autorité des marchés financiers.. Cela nous permet de gérer directement en notre nom des portefeuilles en compte titres ou assurance vie.

BEL : Quels sont les objectifs de Yomoni pour l’année ?

LG : En 2018, Yomoni a pour objectif de convaincre 10 000 clients et d’atteindre 1 Milliard d'euros d’encours sous gestion en 2020.

Banques en ligne

Article rédigé par Stéphane Lormeau
Editeur d'actualités et d'expertises de la banque en ligne
site de référence : www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Guillaume Olivier Doré CEO de mieuxplacer
Lire

L'article

[INTERVIEW] - mieuxplacer.com vise 4500 clients d'ici 2019 Le 15/09/2017 à 17h07
Pierre Loup CEO Edukys
Lire

L'article

[INTERVIEW] - Crowdfunding : Edukys, plateforme de prêt étudiant fait sa rentrée ! Le 30/08/2017 à 08h08
Fortuneo grégory guermonprez directeur fortuneo france
Lire

L'article

[INTERVIEW] - Fortuneo restera toujours la banque en ligne la plus compétitive ! Le 16/08/2017 à 10h41