En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
Epargne en ligne : Vers plus de risques dans les placements ?

Epargne en ligne : Vers plus de risques dans les placements ?

Les épargnants français sont frileux dans leurs placements. Pourtant, certaines données montrent un intérêt accru pour le marché de la bourse. Alors, se dirige-t-on vers des prises de risque plus affirmées ?
Epargne en ligne : vers plus de risques dans les placements

Fotolia

Les effets dévastateurs de la crise de 2008 s’estompent

En 2008, 13,8 % des Français de plus de 15 ans détenaient des actions en direct selon un sondage Kantar TNS / Les Echos. En mars 2016, ils n’étaient plus que 6,2 %. Il semblerait que cette trajectoire en chute libre retrouve de la hauteur puisque le même sondage indique qu’en mars 2017, la détention d’actions en direct concernait 7,6 % des personnes interrogées. Cette hausse de 22 % (3,67 millions de Français) relate une embellie pour les placements plus risqués. Attention tout de même car ce score ne fait que retrouver son niveau de 2014.

Ce changement dans les mentalités est dû à la dynamique des marchés actions depuis plusieurs mois, le CAC 40 ayant grimpé de 7,3 % depuis le 1er janvier 2017 (+ 61 % en 5 ans !), et à la faiblesse des taux. Ce dernier critère pousse à prendre plus de risques, puisque les livrets bancaires et les assurances-vie en euros offrent peu de rendement. Résultat : 8,7 % des Français disent posséder des actions (en direct, sicav, FCP) contre 7,6 % l’an passé. Là encore, il faut relativiser cette éclaircie puisqu’ils étaient 16,4 % à le déclarer en 2008.

Vers une tendance durable ?

L’AMF (Autorité des Marchés Financiers) relève tout de même des freins à l’investissement sur les marchés actions qui sont susceptibles d’atténuer les perspectives positives entrevues. L’aversion au risque des Français est toujours présente et le souvenir des krachs boursiers plane encore. L’AMF évoque également la difficulté de se projeter à long terme et invite les acteurs à développer une « pédagogie du risque » pour faire gagner « en confiance et en autonomie les épargnants ». Souvent perçues comme un placement de court terme afin de faire des coups financiers, les actions doivent surtout être considérées comme des investissements de long terme.

Certains experts ont également repéré un changement des attitudes au lendemain de la qualification d’Emmanuel Macron lors du premier tour de l’élection présidentielle. Les analystes du Tradingsat.com ont observé « un énorme gap (…) entre le vendredi précédant le premier tour et le lundi matin, où les marchés ont ouvert en très forte hausse. (…) un gros mouvement psychologique qui a créé, selon nous, un retour aux actions. ». Le prélèvement forfaitaire unique de 30% sur les revenus de l'épargne, promesse d'Emmanuel Macron et mis en œuvre dès 2018, pourrait contribuer à nourrir ce regain d'intérêt en faveur des placements plus risqués.

Banques en ligne

Article rédigé par Olivier B.
Rédacteur web pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Les écarts de patrimoine se creusent en France
Lire

L'article

Les écarts de patrimoine se creusent en France Le 03/09/2018 à 11h43
Impact du PFU et de l'année blanche sur la fiscalité de l'assurance-vie 201
Lire

L'article

Impact du PFU et de l'année blanche sur la fiscalité de l'assurance-vie 2018 Le 24/08/2018 à 10h16
photo epargne en france
Lire

L'article

Photographie de l'épargne en France Le 31/07/2018 à 07h13