En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Ok
Nouvelles règles pour l'épargne : quels impacts ?

Nouvelles règles pour l'épargne : quels impacts ?

De l'assurance-vie au Livret A en passant par la fiscalité de l'épargne ou le PEL, de nouvelles règles du jeu sont instaurées par le gouvernement Macron. Comment appréhender ces changements et quelles sont les opportunités pour les épargnants ? Réponses.
Nouvelles règles pour l

Epargnants : ce qui change pour vous

L’année 2018 modifie les rouages de l’épargne. Ainsi, le taux du livret A est gelé à 0,75 %, au moins jusqu’au mois d’août prochain, soit à un niveau inférieur à l’inflation. Bercy acte la suspension de la formule du calcul de cette épargne réglementée, pourtant récemment révisée, qui plaçait la rémunération des épargnants au minimum à hauteur de l’inflation. Par ailleurs, le taux brut des Plan Epargne Logement reste à 1 % jusqu’au 1er janvier 2018. A partir de cette date, la rémunération subit l’application du prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % et tombe à 0,70 % net avant prélèvements sociaux, soit un rendement moindre que celui du Livret A.

Le régime fiscal pour l'assurance-vie ne varie pas sur les contrats inférieurs à 150 000 € d’encours. En revanche, les produits des rachats portant sur des versements de contrats d’assurance vie à l’encours supérieur à 150 000 € voient s’appliquer la flat tax de 30 % depuis le 27 septembre. La fiscalité sur ces rachats devient donc plus attractive les 8 premières années, mais moins intéressante au-delà (30 % contre 24,7 % jusqu’alors).

Diversifier l'épargne des français

Tous les revenus de l’épargne imposable au barème progressif de l’impôt sur le revenu sont concernés par le PFU : intérêts des livrets d’épargne, des obligations et des placements bancaires (actions, titres, obligations…). Par contre, son instauration exclut du dispositif la fiscalité des placements exonérés d’impôt sur le revenu comme les livrets d’épargne défiscalisés, le plan retraite collective, le plan d’épargne entreprise et le plan d’épargne en actions.

Les mesures gouvernementales espèrent flécher les économies des Français, champions de l’épargne sans risque, vers des produits plus risqués (unités de compte) plus à même de financer l’économie et les projets d’entreprise. La substitution de l’ISF par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) illustre cette volonté. L’IFI concerne les biens immobiliers détenus par les contribuables détenant un patrimoine immobilier net supérieur à 1,3 million d’euros. La rentabilité de l’épargne immobilière subit donc un double assaut : le recentrage de l’IFI sur les biens immobiliers et la hausse de la CSG (+ 1,7 %) sur les revenus fonciers.

L’idée globale est d’inciter fiscalement à la diversification de l’épargne des Français, en faisant le pari que les économies aideront au financement et à la croissance des entreprises, donc à la baisse du chômage. Mais le changement des mentalités (investissements dans la pierre, les livrets bancaires et les contrats d'assurance-vie à fonds en euros garantis) risque de prendre du temps...sans doute plus qu'un quinquennat.

Banques en ligne

Article rédigé par Olivier B.
Rédacteur web pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

PEA, crowdfunding : quels placements pour inciter les épargnants à financer
Lire

L'article

PEA, crowdfunding : quels placements pour inciter les épargnants à financer les PME ? Le 17/10/2017 à 15h14
Recul important du nombre d'épargnants au Livret A en 2016
Lire

L'article

Livret A : recul important du nombre d'épargnants en 2016 Le 12/10/2017 à 09h48
Crowdfunding : investir dans l'innovation avec SoweFund
Lire

L'article

Crowdfunding : investir dans l'innovation avec SoweFund Le 09/10/2017 à 07h51