En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
Bourse en ligne : comment réduire vos frais ?

Bourse en ligne : comment réduire vos frais ?

D'après le cabinet Investment Trends, les investisseurs actifs seraient 390 000 en France. L'utilisation du mobile est par ailleurs de plus en plus développée pour passer un ordre boursier. Quel est leur coût ? Comment les réduire ? Plongée dans ce maquis tarifaire.
Bourse en ligne : comment réduire vos frais ?

La bourse en ligne en quelques chiffres

Selon l’enquête annuelle menée par Les Echos sur l’évolution de la grille tarifaire des solutions de courtage en ligne, l’année 2017 est synonyme de stabilité. Globalement, la tendance est à la baisse puisqu’en une décennie le coût minimal d’un ordre de courtage est passé de 5 € à 0,45 €. Mais cette baisse est stoppée actuellement pour deux raisons : un contexte de taux bas qui limite la marge de manœuvre des intermédiaires et le renforcement des contraintes réglementaires engendrant des coûts fixes plus élevés (par exemple sur la problématique du reporting).

Matthias Baccino, directeur général de Binck.fr, évoque l’arrivée prochaine de « la blockchain sur laquelle travaille toute l’industrie bancaire [qui] pourrait permettre de réduire les coûts ». En termes d’investisseurs en France, le cabinet d’études Investment Trends en dénombre 390 000 actifs entre les mois d’août 2016 et de juillet 2017 (contre 400 000 l’année précédente sur la même période). De plus, les mouvements de capitaux au cours des trois trimestres de 2017 sont faibles pour les volumes échangés.

Des frais de courtage stables

Pour autant les courtiers en ligne ne restent pas figés sur leurs positions et cherchent à attirer de nouveaux investisseurs par le biais d’offres promotionnelles. Ce sont principalement des offres spéciales qui ont une durée limitée dans le temps. Que contiennent-elles ? Essentiellement la prise en charge des frais de transfert ainsi qu’une somme plafonnée qui sert à rembourser des frais de courtage. Les nouveaux entrants comme le courtier néerlandais Degiro sont particulièrement actifs.

Acteur historique, Boursorama s'aligne en offrant le remboursement du double des frais de transfert en cas d’ouverture d’un premier compte (PEA, PEA/PME, comptes titres). Binck.fr renouvelle son offre « Super Euro », facturant un euro chaque opération (actions, certificats, trackers, etc.) avec le 31 janvier 2018. Mais cette multiplication des offres promotionnelles n’est pas systématiquement pertinente pour les investisseurs dont certains frais de transactions n’atteignent que rarement le seuil permettant leur remboursement.

Bourse Direct se distingue par son partenariat noué avec BNP Paribas ce qui permet au courtier en ligne de faire profiter ses clients de 150 ordres gratuits tous les mois (turbos, warrants et quelques certificats). Chez Saxo Bank, l'accent est mis sur la collaboration avec les Fintech pour déployer plusieurs applications mobiles pédagogiques et ludiques (SaxoTraderGO) afin de séduire une nouvelle clientèle : les Millennials.

La bourse en ligne est de plus en plus sur mobile

52 %, c’est la part des investisseurs qui passent par un smartphone ou une tablette pour consulter l’actualité des marchés mais aussi dorénavant pour émettre des ordres. L’usage des terminaux mobiles bondit de 4 points entre les mois d’avril 2016 et de juillet 2017. Irène Guiamatsia, directrice de la recherche d'Investment Trends, souligne que les efforts paient pour les « courtiers de tous bords [qui] ont mené une action d’amélioration de leur plate-forme mobile, qu’il s’agisse des spécialistes de l’online ou des banques traditionnelles. ».

A ce petit jeu, la palme revient à Boursorama qui a opéré une refonte globale de son site web durant l’été 2017. Xavier Prin, directeur marketing et portail de la banque en ligne, explique que « le passage d’ordres est devenu plus rapide. Il faut moins d’une minute pour un achat, et trente secondes pour une vente. ». Là encore, l’expérience client est au centre des préoccupations, mouvement alimenté par l’arrivée de la génération des Millennials sur ce marché. Ces derniers militent pour l’accès à une plate-forme de bourse en ligne encore mieux conçue (24 %), incluant la visualisation de données graphiques également mieux élaborées ou plus nombreuses (30 %). Autre caractéristique pour les Millennials : ils investissent plus aisément sur les fonds indiciels cotés (ETF) et les actions internationales grâce aux applications mobiles.

Bourse en ligne : Boursorama leader

Les investisseurs les plus jeunes sont surreprésentés chez les courtiers Degiro, Bourse Direct et Binck.fr. Bien qu’Hello bank!, BforBank et Saxo Banque soient mentionnées, l’indice de notoriété le plus élevé échoit à Boursorama (66 %). Toutefois, les boursicoteurs en ligne demeurent plus âgés (plus de 60 ans en moyenne) et ceux qui débutent ont plutôt entre 45 et 50 ans. Les investisseurs peuvent s’orienter vers des offres en apparence séduisantes même si le manque de transparence dissimule parfois des solutions pas toujours adaptées selon les profils.

Selon le baromètre Les Echos, qui tient compte des forfaits sans tenue de compte (pas de frais de garde ou de frais annexes) et des forfaits classiques, c’est le courtier en ligne Degiro qui est le moins onéreux (0,45 € / ordre de 500 €, 1,45 € / ordre de 3 000 €). Néanmoins, outre le poids mesuré de cet acteur, le courtier néerlandais pâtit d’un traitement fiscal moins favorable sur les dividendes des entreprises hexagonales du fait que les clients français ne soient pas identifiés comme des résidents fiscaux en France.

En nombre d’investisseurs, c’est Boursorama qui est le courtier principal (20 % de part de marché). La banque en ligne devance Bourse Direct (11 %), fortuneo (10 %), Crédit Agricole (10 %), BNP Paribas (7 %), Bickbank (3 %), BforBank (3 %). Profitant d’une position historique, Boursorama affiche un taux de satisfaction élevé. Son offre ne retient pas de droits de garde mais requiert des frais d’abonnements (5,95 € / mis) en cas d'inactivité. Du côté de Fortuneo, autre acteur historique, les frais de courtage sont attractifs pour ceux qui interviennent activement dans l’activité de bourse en ligne.

Afin de réduire les frais de bourse en ligne, il est essentiel de faire jouer la concurrence et de savoir décrypter les grilles tarifaires. Tout dépend alors de ses attentes en termes de services (actualités, assistance, outils, etc.) et en tant qu'investisseurs (activité mensuelle, profil de risque, fiscalité, etc.).

Banques en ligne

Article rédigé par Olivier B.
Rédacteur web pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Boursorama Banque, leader de la banque en ligne en France
Lire

L'article

Boursorama Banque, leader de la banque en ligne en France Le 13/08/2018 à 09h15
Fortuneo simplifie son offre de bourse en ligne
Lire

L'article

Fortuneo simplifie son offre de bourse en ligne Le 16/07/2018 à 10h24
Bourse en ligne : vers une concurrence accrue
Lire

L'article

Bourse en ligne : vers une concurrence accrue Le 25/06/2018 à 07h33