En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Ok
[INTERVIEW] - Les Entreprêteurs dans le premier tiers des plateformes de crowdlending françaises actives

[INTERVIEW] - Les Entreprêteurs dans le premier tiers des plateformes de crowdlending françaises actives

En apportant financement et accompagnement digital, Les Entreprêteurs se distingue des plateformes de crowdlending. 2018 sera concrétisée par des innovations et l'entrée d'investisseurs institutionnels. Jean-Philippe Gontier et Marc-Antoine Vanheems, co-fondateur font le point avec la rédaction de Banques-en-ligne.fr.
Interview Les Entreprêteurs du 27 décembre 2017

Banques-en-Ligne.fr (BEL) : Expliquez-nous ce que propose concrètement votre plateforme de crowdlending (aux particuliers et aux porteurs de projet) ?

Jean-Philippe Gontier et Marc-Antoine Vanheems (JPh. G et MA. V) : Les Entreprêteurs proposent à la fois un financement et des services d’accompagnement digital aux porteurs de projets qui les sollicitent. Le financement provient principalement des particuliers qui constituent une base d’investisseurs réguliers et qui seront dès 2018 complétés par des professionnels.

Les services d’accompagnement digital sont l’une des principales différenciations des Entreprêteurs. Nous proposons aux entreprises avant, pendant et après la campagne de financement de travailler sur l’amélioration de leur visibilité et ainsi de leurs ventes. L’une des clés de cette alliance fructueuse entre le financement et le digital, c’est la fidélisation de l’investisseur qui peut ainsi devenir plus facilement un futur client du porteur de projet.

BEL : Quels sont vos tarifs ?

JPh. G et MA. V : Notre double positionnement (financement et service d’accompagnement digital), nous permet aujourd’hui d’être au même niveau tarifaire pour le financement que le leader du marché soit 3% HT pour la mise en relation entre prêteurs et emprunteur (à la charge exclusive de l’emprunteur) et 1% HT (à la charge exclusive de l’emprunteur) prélevés lors des remboursements mensuels au titre des commissions de gestion.

" Nous sommes dans le premier tiers des plateformes de crowdlending françaises " : Jean-Philippe Gontier et Marc-Antoine Vanheems

BEL : Quel bilan faites-vous de l’année 2017 pour votre activité ?

JPh. G et MA. V : Bien que nous ne soyons arrivés que 18 mois après la plupart des acteurs sur le marché qui comprenait déjà une vingtaine d’acteurs, nous nous positionnons aujourd’hui dans le premier tiers des plateformes actives sur 2017, qui est notre première année d’activité pleine.

Nous avons surperformé le marché en terme de taux de croissance et aussi de taux de transformation (montant financés pour nos porteurs de projets par rapport au montant levé pour le capital de la plateforme), notre ratio est de 13x alors que le marché se situe en moyenne à 3x.

A ce stade, nous n’avons pas connu de défaut sur les 2 M€ financés dont près d’1/4 ont déjà été remboursés. Enfin, notre développement rapide valide notre double positionnement (financement et service digital) puisqu’il est un moyen de capter des clients sur un savoir-faire interne et de ne pas être dépendant du seul volume financé.

BEL : Parlez-nous des projets financés. Quels secteurs d’activités sont les plus représentés ? Y a t il une région qui se distingue le plus dans les projets financés ?

JPh. G et MA. V : Les thématiques d’investissement préférées de nos investisseurs sont la santé (médical, paramédical…), les activités relatives à la protection de l’environnement (recyclage, reconditionnement, désamiantage…) et aussi l’agroalimentaire.

Au-delà de la région parisienne qui représente au moins un tiers de l’activité, c’est ensuite le grand ouest qui est le mieux représenté.

" Nous n’avons plus de doute, en ce qui nous concerne, sur la complémentarité de nos activités avec celle de partenaires bancaires et autres institutionnels. " : Jean-Philippe Gontier et Marc-Antoine Vanheems

BEL : Comment se fait la sélection des dossiers de financement ?

JPh. G et MA. V : Nous effectuons une présélection sur la rentabilité d’exploitation des entreprises qui présentent un projet, nous recherchons principalement des entreprises bénéficiaires ayant plus de 3 ans d’existence et 150 K€ de chiffre d’affaires. Ensuite nous analysons la cohérence du projet par rapport aux capacités d’emprunt de l’entreprise sur la base d’une note globale composée à 60% d’éléments financiers et 40% d’éléments extra-financiers (approche du marché et de l’équipe de direction). Enfin nous déterminons une probabilité de défaut à moyen terme développée sur la base d’un outil d’analyse unique sur le marché.

A ce titre, nous précisons que nous intervenons quasi systématiquement en accompagnement d’un financement bancaire : nous n’avons plus de doute, en ce qui nous concerne, sur la complémentarité de nos activités avec celle de partenaires bancaires et autres institutionnels.

BEL : Est-ce que la note de risque permet d’arbitrer la sélection d’un projet plutôt qu’un autre ?

JPh. G et MA. V : En principe oui s’il s’agit de projets relativement semblables pour autant l’hétérogénéité des projets rend difficile un arbitrage de ce type.

BEL : Pouvez-vous nous expliquer pourquoi votre taux de défaut est nul ?

JPh. G et MA. V : Bien qu’il nous soit à ce stade très favorable, nous devons rester prudent sur ce critère de comparaison entre plateformes, mais la maîtrise du risque est au cœur de nos priorités et le restera.

BEL : Quel est le profil de vos clients prêteurs ?

JPh. G et MA. V : Majoritairement se sont des hommes urbains, dans la vie active avec un fort panel de 25-55 ans. L’investissement moyen est faible (de l’ordre de 150 €) mais il est très récurrent.

BEL : Faites-vous appel à des investisseurs professionnels ?

JPh. G et MA. V : Oui, cela sera le cas dès 2018. Nous avons de nombreuses demandes en ce sens de la part de nos partenaires.

BEL : Quel taux de rendement peuvent-ils espérer ?

JPh. G et MA. V : Le rendement attendu en matière de TRI par nos investisseurs est de l’ordre de 6% à 7% bruts sous réserve d’un réinvestissement régulier des remboursements obtenus.

BEL : Quel est le montant moyen des fonds prêtés sur les projets ?

JPh. G et MA. V : Cette statistique évolue fortement et continuera d’évoluer au fur et à mesure de l’accroissement de notre communauté : d’environ 40 K€ aujourd’hui nous allons progressivement passer à 100 K€ voire au-delà.

BEL : Vous faites partie des 3 plateformes (au coté de PrêtGo et Lendopolis) ayant signé un partenariat avec le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables. Que vous apporte ce partenariat ?

JPh. G et MA. V : Ce partenariat stratégique permet de mettre en avant le rôle de l’expert-comptable dans la préconisation de solutions de financement pour ses clients. L’Ordre a aussi un rôle institutionnel structurant pour notre communication et la reconnaissance du sérieux de notre approche du marché.

" Les banques sont passées de l’ère de l’évitement à celle des partenariats stratégiques avec les fintech " : Jean-Philippe Gontier et Marc-Antoine Vanheems

BEL : Vous êtes hébergé au Village by CA. Pourquoi ce choix ?

JPh. G et MA. V : Le Village by CA est l’incubateur de référence pour les fintech. Par ailleurs, l’une des vertus du Village est de ne pas accueillir des acteurs ayant des activités concurrentes, ce qui permet à l’écosystème en présence d’être dans une démarche de coopération et non de compétition.

Enfin, la présence d’un institutionnel de renom au cœur de ce dispositif, à savoir Le Crédit Agricole, qui le diffuse dans l’ensemble de ses banques régionales est aussi la preuve que les banques sont passées de l’ère de l’évitement à celle des partenariats stratégiques avec les fintech : la banque a le réseau et des capacités d’investissement fortes, les fintech ont des technos et des équipes agiles. Quoi de mieux pour travailler ensemble ?

BEL : Que souhaitez-vous dire aux entreprises et aux financeurs qui hésitent encore à recourir ou investir dans le crowdlending, sur votre plateforme ?

JPh. G et MA. V : En vous finançant chez les Entreprêteurs, vous avec plus de services (accompagnement digital) sans avoir à payer plus cher qu’ailleurs pour la recherche de financement.

En plaçant vos économies chez les Entreprêteurs, vous bénéficiez d’un dépôt de garantie restituable, d’une équipe qui investit à vos côtés (nous alignons ainsi nos intérêts) et à ce jour de la meilleure maîtrise du risque du marché français du financement des PME.

BEL : Comment vous situez-vous dans le paysage du Crowdlending Français ?

JPh. G et MA. V : A ce stade nous sommes dans le premier tiers des plateformes de crowdlending françaises. Nous assumons notre positionnement généraliste à l’instar de la plupart des banques françaises qui financent l’économie dans sa totalité.

BEL : Que sera 2018 pour LesEntreprêteurs (innovations, objectifs, …) ?

JPh. G et MA. V : Nous avons un ambitieux plan de développement pour 2018 avec notamment des innovations produits qui seront annoncées en début d’année prochaine sur notre site.

Banques en ligne

Article rédigé par Stéphane Lormeau
Editeur d'actualités et d'expertises de la banque en ligne
site de référence : www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Interview de Marie-Cécile Plessix, Directeur Général d'AXA Banque
Lire

L'article

[INTERVIEW] 75% des clients Soon ont basculé vers l'offre d'Axa Banque ! Le 15/02/2018 à 13h56
Interview de Antoine Delon de LinXea
Lire

L'article

[INTERVIEW] - LinXea, ses exemples sont Boursorama et Fortuneo Le 24/01/2018 à 09h16
Interview de Jerome Calot de Compte Nickel
Lire

L'article

[INTERVIEW] - Avec 800.000 comptes, Compte Nickel est plébiscité par ses clients ! Le 18/01/2018 à 14h11