En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
BirdyCent, l'épargne maline pour ses projets

BirdyCent, l'épargne maline pour ses projets

La startup BirdyCent permet d'économiser de l'argent sans s'en rendre compte grâce au mécanisme de l'arrondi. Ainsi, plus l'utilisateur dépense, plus il épargne.
BirdyCent, l

Fabien Keller et Julien Mortuaire ont développé une application mobile de micro-épargne baptisée BirdyCent. Son principe est simple : permettre à l’utilisateur d’épargner grâce à l’arrondi à l’euro supérieur de ses paiements par carte bancaire. Selon ses concepteurs, il est possible d’épargner jusqu’à 150 euros par an si l’on utilise beaucoup sa carte.

BirdyCent, l'appli qui permet d’épargner sans y penser

Épargner sans s’en rendre compte… C’est à partir de cette idée que s’est développée la startup BirdyCent. L’entreprise a été créée en 2015 par Fabien Keller et Julien Mortuaire et fait partie de l’accélérateur de start-ups X-UP de l’Ecole Polytechnique de Palaiseau. « Ce qu’on veut faire, c’est aider les gens à mettre de l’argent de côté, amener un peu de pédagogie dans l’épargne », explique Julien Mortuaire.

Pour utiliser l’application BirdyCent, il suffit à l’utilisateur de connecter ses comptes bancaires à son profil. Ainsi, dès qu’une transaction sera réalisée, quelques centimes permettant d’atteindre un montant « rond », sont transférés vers un porte-monnaie virtuel. Cette épargne est disponible à tout moment et peut être transmise sur le compte de l’utilisateur en un simple clic.

Selon les fondateurs de la startup, il est possible d’économiser entre 120 et 150 euros par an. Toutefois, selon plusieurs études, les Français effectuent en moyenne 150 paiements par carte bancaire chaque année. Par exemple, avec un arrondi moyen de 50 centimes, l’utilisateur peut espérer une épargne annuelle de 75 euros.

BirdyCent multiplie des partenariats avec les acteurs bancaires

Pour le moment, la startup n’a pas encore automatisé le transfert des arrondis. L’utilisateur doit se rendre sur l’application pour valider le prélèvement vers son porte-monnaie en ligne. Cependant, la solution développée par BirdyCent sera bientôt intégrée aux cartes bancaires ou sur les terminaux de paiement. Ainsi, au moment de la transaction, il suffira à l’acheteur de décider ou non s’il souhaite envoyer l’arrondi en épargne. Le consommateur est donc totalement libre de décider s’il souhaite procéder à l’arrondi de ses dépenses, ce qui contribue également à renforcer sa volonté d’épargner.

L’épargne constituée peut être utilisée pour financer un projet personnel comme un voyage ou l’achat d’une voiture par exemple. BirdyCent a également conclu un partenariat avec microDON donnant la possibilité aux utilisateurs de verser tout ou partie de leur épargne à des associations.

Au-delà de son application, la startup se démarque en étant l’une des premières à exploiter la technologie de Linxo pour assurer la sécurité et le chiffrage des données bancaires de ses clients. Par ailleurs, la startup s’est liée à MangoPay chargée de prélever les sommes épargnées sur le compte de l’utilisateur.

Pour se développer, BirdyCent peut également compter sur sa collaboration avec la Société Générale. En effet, en 2016, BirdyLabs a été sélectionné par Look Forward, l’incubateur créé par Showroomprivé, partenaire de Société Générale. Elle a aussi intégré Le Plateau, une communauté de partage de ressources, d’expériences et de connaissances qui favorise la collaboration entre équipes projets internes, externes et écosystèmes FrenchTech. Showroomprivé lui apporte une expertise retail et marketing alors que la Société Générale lui fait profiter d’un écosystème stimulant et ouvert. « C’est du win-win. Ils nous font profiter de leur expertise sur certaines problématiques comme la compliance, et on partage avec eux notre démarche d’innovation et nos process de travail », explique Julien Mortuaire.

Grâce à sa solution, BirdyCent permet d'épargner de manière indolore. La startup n'est toutefois pas la seule à proposer ce mode d'épargne. D'autres acteurs sont sur le marché : Yeeld (anciennement Piggou) ou encore Monabanq proposent aussi l’épargne à l’arrondi supérieur .

Pour aller plus loin

BirdyCent en quelques chiffres

Lancée début 2016, BirdyCent a déjà séduit plus de 2 500 personnes. Cette cagnotte virtuelle grimpe en moyenne à 200 euros par an pour chaque utilisateur. « Pour les paniers percés comme moi, c'est 20€ à 25€ par mois. Plus on paye en carte, plus on épargne », résume le cofondateur. Rien qu’en France, plus de 10 millions de personnes rencontrent des difficultés à mettre de côté une dizaine d’euros par mois pour leurs loisirs.

Banques en ligne

Article rédigé par Nathalie J.
Rédactrice web pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Vers un marché de l'assurance vie plus ouvert à la concurrence ?
Lire

L'article

Vers un marché de l'assurance vie plus ouvert à la concurrence ? Le 02/10/2018 à 11h20
livret epargne ou assurance vie
Lire

L'article

Livrets d'épargne et assurance vie en ligne : lesquels choisir ? Le 01/10/2018 à 09h28
Les écarts de patrimoine se creusent en France
Lire

L'article

Les écarts de patrimoine se creusent en France Le 03/09/2018 à 11h43