En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
L'Assurance emprunteur suscite l'appétit des banques et assureurs alternatifs

L'Assurance emprunteur suscite l'appétit des banques et assureurs alternatifs

C'est le 12 janvier 2018 que le Conseil Constitutionnel rendra son avis sur la résiliation annuelle de l'assurance-emprunteur devant entrer en vigueur le…1er janvier. Banques ou assureurs alternatifs : qui se verra conforter ? Éléments de réponses.
L

Résilier son assurance emprunteur en 2018 : où en est-on ?

Depuis plusieurs années, le pouvoir exécutif en France cherche à introduire plus de concurrence sur le sujet de l’assurance-emprunteur, garantie souscrite lors de la signature d’un prêt immobilier. La loi Lagarde de 2010 a permis justement de délier par délégation d’assurance le crédit immobilier et l’assurance emprunteur jusqu’à présent souscrits auprès du même établissement bancaire (85 % des cas). La loi Hamon de 2014 a offert le droit aux emprunteurs de résilier leur contrat au cours de la première année de souscription pour changer d'assurance de prêt immobilier. En 2017, c’est l’amendement Bourquin qui complète cette stratégie en permettant aux assurés de rompre leur contrat à chaque date anniversaire. Or, ces avancées législatives touchent un point sensible de la rémunération des banques.

Les banques dénoncent un risque de démutualisation

Les marges des banques prélevées sur ce produit assurantiel sont en effet très importantes. Elles représentent donc une manne financière plus que substantielle et les banques perdraient leur situation de rente. Elles ont donc saisi la Conseil constitutionnel pour faire annuler l’amendement Bourquin qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2018. Leur prétexte : un risque de démutualisation. L’assurance-emprunteur est un contrat groupe qui protège tout le monde malgré des profils différents. La résiliation annuelle permettra donc aux clients plus solides d'accéder à un contrat individuel moins onéreux, laissant les contrats « groupes » aux plus fragiles. Les coûts remonteraient alors, atténuant les opportunités pour les plus fragiles d’emprunter pour leur achat immobilier.

Des bancassureurs aux Fintechs : les acteurs sont prêts

L’audience publique devant le Conseil constitutionnel a eu lieu le 11 décembre sur fond de tensions entre les banques et les assureurs alternatifs, les bancassurances, les Fintechs, les courtiers, les banques en ligne et les associations de consommateurs. Ces derniers dénoncent l’oligopole bancaire qui entrave la concurrence, donc la possibilité pour les emprunteurs de faire des économies sur leur contrat d’assurance emprunteur. Les compagnies d’assurance Allianz France, Covéa, Macif, Maif, MACSF et Swiss Life France par la voix de leur dirigeant ont même publié une tribune « Assurance-emprunteur : une bataille pour l’intérêt général ».

Digitalisation de l’offre, service d’aide au changement d’assurance, rapidité d’exécution, réajustement tarifaire : les stratégies sont pourtant d'ores et déjà engagées. Verdict le 12 janvier.

Pour aller plus loin

Vous vous apprêtez à souscrire un prêt immobilier et vous voulez savoir quelle assurance choisir pour votre crédit immobilier.

Banques en ligne

Article rédigé par Olivier B.
Rédacteur web pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Assurance emprunteur : la résiliation encore peu connue
Lire

L'article

Assurance emprunteur : la résiliation encore peu connue Le 13/09/2018 à 08h52
Assurance emprunteur : davantage de maladies concernées par le « droit à l'
Lire

L'article

Assurance emprunteur : davantage de maladies concernées par le « droit à l'oubli » Le 30/08/2018 à 10h19
clarification banque de france resiliation assurance emprunteur
Lire

L'article

Assurance emprunteur : des clarifications sur la résiliation annuelle  Le 09/08/2018 à 08h15