En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
La sécurité des clients, l'affaire des banques françaises

La sécurité des clients, l'affaire des banques françaises

Prises en étau par les injonctions des régulateurs et par les nouvelles attentes de leurs clients, les banques étoffent leur dispositif d'identification. Couteuse et fastidieuse, cette démarche crée toutefois des opportunités. Explications.
La sécurité des clients, l

Les banques contraintes à plancher sur l’identification client

Les banques sont soumises à un double mouvement qui les oblige à trouver de nouvelles solutions vis-à-vis de la problématique de la protection des données clients. D’une part, la concurrence des néo-banques a modifié les attentes des usagers bancaires qui veulent désormais ouvrir leur compte bancaire à la minute. Or, l’authentification est une étape essentielle qui réclame du temps, justement ce que les clients ne veulent plus. Il faut donc réadapter le processus KYC (Know Your Customer), sa complexité pouvant conduire les clients à faire volte face.

D’autre part, les gendarmes financiers désirent muscler leur lutte contre la cyber-fraude et le blanchiment d’argent. A nouveau, l’identification du client est au cœur de la bataille. L’Union européenne mène ce combat avec l’instauration progressive en 2018 de la DSP2 qui implique notamment un contrôle drastique de l’identité des personnes qui achètent en ligne. C’est l’authentification forte : les acheteurs relaient en plus de leurs coordonnées de cartes bancaires un identifiant supplémentaire sous la forme d’un code reçu via sms au moment de leur achat.

Cartes bancaires : vers un parcours client plus fluide et plus sûr

Les grandes banques s’attèlent donc à mettre en place des solutions de paiement comme les cartes bancaires virtuelles pour convaincre les clients et les régulateurs. La Société Générale mise par exemple sur un système de reconnaissance faciale validé par la CNIL. Un simple selfie suffira pour ouvrir un compte bancaire. Le Crédit Agricole étudie un outil en mesure d’extraire les informations des pièces justificatives demandées aux clients, leur évitant de se déplacer en agence. D’autres comme BNP Paribas ou BPCE mutualisent leurs processus internes.

Les banques françaises cherchent parallèlement à recouvrer une indépendance vis-à-vis du système 3D-Secure de Visa et MasterCard. A l’heure où le paiement sans contact devient une habitude pour les Français, le Groupement des Cartes Bancaires qui réunit les établissements bancaires de l’hexagone va lancer en 2019 sa propre version de 3D-Secure. L’objectif est de fluidifier au maximum le parcours client malgré la lourdeur des règles de contrôles d’identité. Toutefois, les banques pourront s’en exonérer grâce à l’analyse étayée des transactions limitant le risque de fraude.

Banques en ligne

Article rédigé par Olivier B.
Rédacteur web pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Le plan de transformation digitale de BNP Paribas suit son cours
Lire

L'article

Le plan de transformation digitale de BNP Paribas suit son cours Le 15/08/2018 à 09h50
Intelligence Artificielle dans la banque : des perspectives freinées
Lire

L'article

Intelligence Artificielle dans la banque : des perspectives freinées Le 14/08/2018 à 09h49
Orange Bank : 68 millions d'euros de perte au premier semestre 2018
Lire

L'article

Orange Bank : 68 millions d'euros de perte au premier semestre 2018 Le 10/08/2018 à 10h26