En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Ok
Les Français plutôt conservateurs vis à vis des banques traditionnelles

Les Français plutôt conservateurs vis à vis des banques traditionnelles

La mobilité bancaire est simplifiée depuis un an. Pourtant, les Français maintiennent leur confiance à l'égard de leur banque d'après une étude menée par Next Content pour SAB et CGI. Le sondage relève néanmoins une attractivité pour les nouveaux services. Lesquels ? Tour d'horizon.
Français plutôt conservateurs vis à vis des banques traditionnelles

Banques traditionnelles : des clients conservateurs

Benoit Grisoni, directeur général de Boursorama Banque, le rappelle : « La mobilité bancaire est un processus mûrement réfléchi par les Français, qui, pour rappel, détiennent le record d'ancienneté en Europe, 20 ans en moyenne. ». Selon, l’étude Next Content/SAB/CGI, 95 % des Français ont comme banque principale une banque de réseau. 27 % ne voient aucun intérêt à en changer, jugeant les offres concurrentes peu différenciées. D’ailleurs, le mandat de mobilité bancaire issu de la loi Macron n’est vraiment connu par les sondés qu’à hauteur de 8 %. Malgré tout, 17 % estiment que cette mesure est incitative et 31 % qu’elle offre un levier dans le cadre de la renégociation des conditions de leurs contrats souscrits auprès de leur banque actuelle.

Faible confiance à l’endroit des Fintechs et des néo-banques

A la question de savoir s’ils devaient quitter leur banque traditionnelle pour une banque en ligne, 11 % seulement l’envisagent sérieusement, tandis qu’un tiers émette cette éventualité comme possible. Le score augmente pour les clients qui imaginent changer de banque dans les 6 mois : 18 % iraient vers une banque en ligne « très certainement », 54 % se laissant cette opportunité. Et ouvrir un compte bancaire chez un nouvel opérateur ? 41 % opteraient pour un assureur, 24 % pour une néobanque, 20 % pour une enseigne de grande distribution, 16 % pour un opérateur de téléphonie mobile et à peine 13 % pour un GAFA. Ces derniers peinent à aspirer la confiance des Français (14 %). Même score décevant pour les néo-banques (14 %), loin derrière les banques (58 %) et les administrations publiques (46 %).

Une appétence évidente pour les services digitaux

La banque à distance est entrée dans les habitudes des usagers. Près de 47 % ont utilisé l’application mobile de leur banque une fois par mois et 8 % y ont déjà souscrit un produit bancaire. La moitié des clients âgés de moins de 35 ans communique essentiellement par messagerie sécurisée avec leur conseiller. Toujours selon l’étude, 47 % des sondés souhaitent un accès en temps réel au véritable solde de leur compte bancaire, 44 % des virements bancaires également comptabilisés en temps réel et 43 % des alertes quand une opération apparait abusive ou anormale. Les Français conservateurs n’hésitent toutefois pas à adopter les nouvelles fonctionnalités mises à leur disposition comme le paiement mobile (14 %), le virement bancaire instantané (9 %) ou le transfert d’argent entre particuliers (7 %).

Banques en ligne

Article rédigé par Olivier B.
Rédacteur web pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Compte Nickel : nouvelle offre, nouvelle identité
Lire

L'article

Compte Nickel : nouvelle offre, nouvelle identité Le 22/04/2018 à 07h33
Plus de 200 000 clients en 6 mois chez Boursorama Banque
Lire

L'article

Plus de 200 000 clients en 6 mois chez Boursorama Banque Le 21/04/2018 à 10h47
120 000 clients en un an pour C-zam
Lire

L'article

120 000 clients en un an pour C-zam Le 20/04/2018 à 10h15