En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
[INTERVIEW] - WeShareBonds veut être une place d'innovation pour le métier du crowdfunding

[INTERVIEW] - WeShareBonds veut être une place d'innovation pour le métier du crowdfunding

Prix de la création d'emplois, premier simulateur de crédit professionnel en Europe, robot d'investissement intelligent, projet financé à hauteur de 1 million d'euros...WeShareBonds a eu une deuxième année riche en évènements. Cyril Tramon, fondateur de WeShareBonds, fait le point sur Banques-en-ligne.fr.
cyril tramon interview banques en ligne fr

" Notre deuxième année a effectivement été riche en innovation et en événements " : Cyril Tramon

Banques-en-ligne.fr (BEL) : Joyeux anniversaire ! Voici 2 ans que Wesharebonds s’est lancé dans l’activité de Crowdfunding. Quels ont été vos temps forts pour cette deuxième année ?

Cyril Tramon (CT) : Merci Banques-en-ligne.fr !
Oui effectivement cela fait désormais 2 ans que WeShareBonds est ouvert aux clients particuliers, suite à l’obtention de notre statut de Conseiller en Investissement Participatif auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), en juin 2016.

Notre deuxième année a effectivement été riche en innovation et en événements :
Lancement de Webot, notre robot d’investissement intelligent : lancé en juin 2017, WeBot permet à nos clients de paramétrer intelligemment leur stratégie d’investissement dans les PME françaises, en fonction de leurs critères et de leur profil d’investisseur. Une fois WeBot paramétré, celui-ci investit dans chaque PME correspondante, dans la limite des critères qui lui ont été imposés, et les tient constamment informés.

Levée de fonds de 12M€ : WeShareBonds a réalisé en novembre 2017 un nouveau tour de table, composé d’une levée de fonds en capital de 2M€ et de la levée d’un nouveau fonds de crédit de 10M€, qui finance depuis le 1er janvier, les PME françaises sélectionnées par WeShareBonds aux côtés des clients particuliers de la plateforme.

Partenariat avec le Medef : WeShareBonds a signé un partenariat avec le Medef Accelerateur d’Investissement (MAI), la plateforme digitale du Medef qui met en relation des entreprises françaises avec des partenaires financiers à même de financer leur développement. Nous avons ainsi été les premiers à financer une entreprise issue de cette initiative, Metalliance, une très belle PME industrielle basée en Saône-et-Loire.

Prix de la “création d’emplois” aux European Digital Lending Awards : En février, nous avons remporté le Prix du meilleur projet grâce à Metalliance dans la catégorie “création d’emploi” lors des European Digital Lending Awards, une initiative de Eiffel Investmet Group lancée aux côtés d’une vingtaine de plateformes européennes. Nous sommes très fiers de ce prix, dont l’intitulé reflète les valeurs et les ambitions de WeShareBonds.

Lancement du 1er véritable simulateur de crédit en ligne : En avril 2018, nous nous sommes appuyés sur l’intelligence artificielle pour lancer le premier simulateur de crédit professionnel en Europe continentale, 100% automatisé. Cet outil vise à montrer simplement combien une PME peut raisonnablement emprunter et à quel prix. Ce simulateur représente une révolution dans le monde du crédit aux PME en France, où les outils de simulation de crédit et de notation n’ont encore jamais été mis à disposition du public par les banques.

Premier projet à 1 million d’euros : en juin 2018, notre anniversaire a également été l’occasion de financer notre premier million d’euros sur un unique projet. Il s’agissait de Compagnie de Construction, une entreprise lyonnaise spécialisée dans la construction de maisons individuelles et la gestion de chantiers de logements collectifs pour le compte des promoteurs notamment.

BEL : Vous communiquez sous le terme de crowdfunding alors que finalement votre offre est exclusivement une offre de crowdlending. Pourquoi ce choix ?

CT : Les définitions et les utilisations des différents termes autour de notre univers ne sont pas toujours claires. Le crowdfunding est-il composé du crowd-equity, du crowd-giving et du crowdlending ? Le crowdfunding et le crowdlending sont-ils au contraire opposés ? Je préfère laisser les esprits savants de notre univers répondre à cette question. Nous considérons pour notre part faire partie de la grande famille du financement participatif.

Il est cependant vrai que nous aimons parler de crowdfunding lorsque nous évoquons notre activité et la façon dont nous avons décidé d’envisager le financement participatif sur WeShareBonds. D’un point de vue réglementaire tout d’abord, nous proposons à nos clients des titres, des obligations de PME françaises. C’est bien pour cela que nous disposons du statut de Conseiller en Investissement Participatif (CIP) de l’AMF, comme nos confrères de l’equity ou du crowdfunding immobilier, et non de celui d’Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) comme la plupart de nos confrères du prêt.

Mais en dehors de ces aspects réglementaires, je pense que c’est la façon même d’appréhender l’investissement dans les PME qui diffère chez WeShareBonds. Nous ne sommes pas une place de marché sur laquelle envisager le crédit aux PME de façon déshumanisée, sur laquelle les PME se résument à leur code sectoriel, leur note de crédit, et leur taux d’intérêt. Vous remarquerez si vous allez sur WeShareBonds.com, après vous êtes inscrit afin d’accéder aux informations complètes sur les entreprises (AMF oblige), que nous mettons en ligne une information exhaustive sur les entreprises que nous sélectionnons. Nos clients sont donc des gens curieux, qui s’intéressent aux histoires des entrepreneurs que nous finançons et à leur société : il s’agit d’une démarche qui se rapproche donc plus de celle d’un investisseur en capital, du crowdfunding, que de celle d’un crowdlender.

" Nous ne sommes pas un simple intermédiaire " : Cyril Tramon

BEL :  Les fonds que vous prêtez aux PME, (« Fonds Professionnels Spécialisés 2018 ») sont finalement les fonds que vous avez levés auprès d’institutionnels et autres en novembre 2017. Ils ne sont donc pas issus de prêteurs particuliers. Comment dans ce cas parler de prêt participatif, c’est à dire de crowdlending ? Quelle est votre position sur ce point singulier ?

CT : Cette singularité de WeShareBonds est ce qui plaît à nos clients particuliers et aux PME qui viennent nous sonder pour un financement. Car il s’agit bien de prêt participatif : tous types de clients participent aux opérations sur WeShareBonds, et en premier lieu les actionnaires de la plateforme qui sont tous des clients professionnels au sens de l’AMF.

Ce prêt participatif (élargi) bénéficie donc aux prêteurs, qui y voient un gage de sérieux et d’engagement de notre part. Nous ne sommes pas un simple intermédiaire. La petite centaine d’actionnaires de WeShareBonds, qu’ils soient business angels ou institutionnels comme La Banque Postale et La Mutuelle Générale, investissent systématiquement dans chaque projet sélectionné par WeShareBonds, par l’intermédiaire de ces fonds de crédit. Nos intérêts sont donc alignés sur ceux de nos clients.

Côté entrepreneurs, les PME françaises auxquelles nous accordons un financement bénéficient d’un accord ferme de crédit, dans la limite des capacités d’engagement des fonds de crédit et de nos partenaires. Il n’y a donc plus d’aléas de collecte, ce qui permet aux entreprises de poursuivre sereinement leur activité durant la période de collecte, et ce qui rassure les investisseurs qui n’immobilisent pas de fonds inutilement dans une collecte qui pourrait échouer.

BEL : Parmi les projets financés cette année, lesquels ont eu le plus d’impact ?

CT : Metalliance, bien sûr, puisque cette belle PME industrielle de Monceau-Les-Mines nous a permis de remporter le prix de la création d’emplois parmi l’ensemble des plateformes européennes sélectionnées lors des European Digital Lending Awards. Mais aussi car nous sommes très fiers d’avoir participé à travers ce financement au lancement du premier train sur pneus 100% électrique au monde. Et c’est une innovation française !

Enfin il y a Compagnie de Construction (CDC), qui a consacré nos 2 ans d’existence avec le premier projet d’un million d’euros financé sur la plateforme. Nous remercions à ce titre les centaines de prêteurs particuliers qui ont participé aux projets et rendu possible ce financement exceptionnel.

" Nous souhaitons en effet que WeShareBonds soit une place d’innovation pour notre métier " : Cyril Tramon

BEL :  Voulez-vous nous présenter votre outil de simulation de crédit dédié aux PME ?

CT : Pour accéder rapidement aux demandes de financement et mieux servir les entrepreneurs, nous avons développé un simulateur qui analyse toutes les informations disponibles sur la société à partir de bases de données financières, de données publiques de la Banque de France, de données du marché du crowdlending et de celui des sociétés que nous avons déjà analysées. 

D’une part, l’analyse des bases de données financières permet de calculer des ratios sur les comptes historiques de la société. D’autre part, en rattachant l’activité de l’entreprise à un secteur reconnu par la Banque de France (via le code NAF), nous avons accès aux données historiques de son secteur, et nous pouvons déterminer le positionnement de la société vis-à-vis de ses pairs sur chacun des ratios financiers analysés, ainsi que son taux statistique de défaut. Nous calculons également en live la capacité d’emprunt de l’entreprise, c’est-à-dire combien nous sommes prêts à prêter à l’entreprise sur WeShareBonds. 

Concrètement cela signifie qu’en tant qu’entrepreneur, votre numéro SIREN nous suffit pour vous dire en quelques secondes si oui ou non nous pouvons vous financer, pour quel montant, quelle durée, et à quel taux. Qui n’a jamais rêvé d’obtenir une réponse instantanée de sa banque ?

BEL : Vous n’en êtes pas à votre premier essai coté innovation puisque vous proposez WeBot depuis Juillet 2017. Dîtes-nous en plus. Comment a t il été accueilli auprès de vos prêteurs particuliers ?

CT : Nous souhaitons en effet que WeShareBonds soit une place d’innovation pour notre métier. Nous avons par exemple introduit le mois dernier le premier questionnaire obligatoire pour investir dans nos projets les plus risqués. Les projets se finançant parfois très vite, nous préférons limiter l’investissement aux seuls clients qui ont pu appréhender pleinement les risques liés à leur investissement sur WeShareBonds. Cette action s’inscrit parfaitement dans le cadre de notre mission de conseil.

Concernant WeBot, notre robot automatique d’investissement, celui-ci permet à nos clients de diversifier automatiquement leur portefeuille d’investissement sur WeShareBonds. WeBot investit selon leurs critères et leur profil, et les informe en temps réel des actions qu’il entreprend. A ce jour une centaine de clients utilise WeBot, pour des tickets allant de 50€ à plusieurs milliers d’euros par projet. C’est donc un franc succès, et un outil qui vient en complément de notre processus d’investissement traditionnel.

BEL : Fin 2017, vous avez conclu un partenariat avec Medef Accélérateur. Pouvez-vous nous dire en quoi il consiste ?

CT : La plateforme digitale Medef Accélérateur a été créée pour accélérer la croissance des PME françaises en ciblant les entreprises solvables en recherche de financement moyen long terme, ayant au moins trois ans d’existence et un chiffre d’affaires compris entre 1 et 100 millions d’euros.
Le principe est simple, le dirigeant doit remplir un questionnaire concernant ses besoins financiers sur la plateforme Medef Accelerateur d’Investissement. Dès lors, le dossier de crédit est transféré aux acteurs financiers qui correspondent aux caractéristiques et besoins de l’entreprise.

La plateforme MEDEF s’est donnée pour objectif d’atteindre les 500 millions d’euros de financement pour 500 entreprises chaque année ! Et nous avons déjà financé la première : Metalliance.

" Nous visons les 10 à 15M€ financés d’ici la fin de l’année, à destination des PME françaises " : Cyril Tramon

BEL : Quels sont vos objectifs pour cette troisième année ?

CT : Nous allons poursuivre notre stratégie de déploiement et d’innovation. Nous visons les 10 à 15M€ financés d’ici la fin de l’année, à destination des PME françaises. Nous allons bien sûr poursuivre en parallèle l’élargissement de notre communauté de prêteurs, particuliers et professionnels, afin de financer toujours plus de projets aux côtés de nos actionnaires et de notre équipe. Et bien sûr, plusieurs innovations majeures viendront ponctuer cette 3ème année d’existence !

Banques en ligne

Article rédigé par Stéphane Lormeau
Editeur d'actualités et d'expertises de la banque en ligne
site de référence : www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

interview Guillaume Olivier Dore Mieux Placer
Lire

L'article

[INTERVIEW] - mieuxplacer.com : "Nous sommes le courtier des clients, et non celui des fabricants" Le 16/10/2018 à 15h11
Monabanq met à l'honneur les priorités des Français et réaffirme sa différe
Lire

L'article

[INTERVIEW] - Le pèze, le blé, l'oseille : Monabanq parle d'argent comme les Français Le 26/09/2018 à 10h10
Interview de Jérôme Calot, directeur Marketing de Nickel
Lire

L'article

[INTERVIEW] - Nickel ambitionne de devenir le 1er réseau bancaire Français d'ici 2020 Le 24/09/2018 à 12h34