En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
Impact du PFU et de l'année blanche sur la fiscalité de l'assurance-vie 2018

Impact du PFU et de l'année blanche sur la fiscalité de l'assurance-vie 2018

L'assurance-vie constitue une enveloppe fiscale intéressante à plus d'un titre. Toutefois, les changements récents comme l'instauration de la flat tax ou l'année de transition due au passage au prélèvement à la source compliquent les choses. Optimiser la fiscalité de l'assurance-vie réclame une réflexion poussée.
Impact du PFU et de l

Les collectes de l’assurance-vie en 2018 toujours dynamiques

Au premier semestre 2018, la collecte nette de l’assurance-vie s’élève à 12,2 milliards d’euros. A la fin du mois de juin, l’encours total atteignait 1.701 milliards d’euros, un score en progression sur un an de 3 %. Ce bon résultat est essentiellement dû aux incertitudes de l’an passé, la période d’élection présidentielle étant caractérisée par un contexte attentiste.

Bien que les rendements de l’assurance-vie continuent de s’éroder, les Français privilégient le placement reconnu pour sa souplesse, ses avantages en matière successorale, sa fiscalité et la disponibilité de ses fonds. toutefois, le gouvernement a pour ambition de réorienter l’épargne de l’assurance-vie vers le financement des entreprises, notamment en relançant les fonds eurocroissance. Ces derniers peinent toutefois à séduire, n’attirant que 3 milliards d’encours en quatre ans.

Impact de la flat tax sur la fiscalité de l’assurance-vie

La mise en place du prélèvement forfaitaire unique (PFU) a complexifié la fiscalité des rachats de l’assurance-vie. Auparavant, la démarche consistait à simplement calculer la part de gains obtenus au sein du rachat puis d’appliquer le taux approprié. Avec la flat tax, la date de versement vient s’ajouter à ces calculs.

Les épargnants ont intérêt à identifier l’ensemble de leurs versements et les gains liés, avant de procéder à des rachats échelonnés dans le temps pour optimiser leur fiscalité en cas de rachat partiel. Sont particulièrement ciblés les contrats d’assurance-vie sur lesquels des rachats partiels réguliers sont programmés. Pour rappel, les gains provenant de versements effectués avant le 27 septembre 2017 sont soumis à l’impôt sur le revenu ou au prélèvement forfaitaire libératoire.

Année blanche 2018 : une aubaine pour l’assurance-vie ?

Le taux du PFL varie selon l’ancienneté du contrat : avant 4 ans (35 %), entre 4 et 8 ans (15 %), après 8 ans (7,5 %). Les gains sont taxables au-delà de l’abattement annuel de 4.600 euros (le double pour un couple). Ceux décrochés sur des versements post 27 septembre 2017 sont soumis par défaut au PFU de 12,8 %, peu importe l’ancienneté du contrat d’assurance-vie.

Pour déterminer le régime fiscal le moins pénalisant, l’épargnant doit comparer le PFL à son taux marginal d’imposition. Cette démarche n’est toutefois par possible en 2018, qui est une année de transition étant donné l’instauration du prélèvement à la source. En cas de taxation à l’impôt sur le revenu, les retraits sont imposés au taux moyen marginal d’imposition inférieur à 25 %. L’effet d’aubaine concerne donc les contrats jeunes à fortes plus-values.

Banques en ligne

Article rédigé par Olivier B.
Rédacteur web pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Le livret d'épargne populaire, ce disparu des écrans radars des Français
Lire

L'article

Le livret d'épargne populaire, ce disparu des écrans radars des Français Le 06/11/2018 à 09h35
du changement pour les PEA
Lire

L'article

Placement : du changement pour les PEA Le 24/10/2018 à 09h19
Vers un marché de l'assurance vie plus ouvert à la concurrence ?
Lire

L'article

Vers un marché de l'assurance vie plus ouvert à la concurrence ? Le 02/10/2018 à 11h20