En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
Paiement en ligne : les banques françaises jouent la carte du virement instantané

Paiement en ligne : les banques françaises jouent la carte du virement instantané

Le groupe BPCE et Natixis ont été les pionniers en matière de virement en temps réel. En 2019, la possibilité de transférer de l'argent en quelques secondes d'un compte bancaire à un autre va s'étendre avec Paylib en France et TIPS en Europe. Explications.
Les banques françaises jouent la carte du virement instantané

Le virement bancaire n°1 sur la valeur des transactions

L’impulsion européenne sur le virement SEPA a permis de proposer un nouveau moyen de paiement, ce qui a desserré l'étreinte imposée par la domination des réseaux Visa et MasterCard sur les cartes bancaires. Irrévocable et disponible à tout moment, le virement SEPA demeure plafonné à 15.000 euros avec un délai d’exécution d’une dizaine de secondes. En France, les virements ont représenté 17,1 % du nombre de transactions en 2017. Ce mode de paiement est devancé par la carte bancaire (55,6 %) et même le prélèvement (18,1 %). En revanche, le virement bancaire est largement leader sur la valeur des transactions : 87,7 % (24.069 milliards d’euros et 6.200 euros la transaction moyenne).

Les banques tentent donc de convaincre les clients, particuliers comme entreprises, d’utiliser ce moyen de paiement. Dans cette optique, le groupe BPCE propose depuis septembre dernier à sa clientèle de particuliers de faire des virements instantanés facturés 1 euro. De son côté, Natixis Assurances teste l’instant payment dans le cadre du remboursement de sinistres le jour même de leur déclaration. Mais, pour l’heure, les banques rencontrent un obstacle technique puisqu’elles doivent se connecter à un dispositif interbancaire dédié, mis en œuvre par Stet. Son Directeur marketing et développement, Rodolphe Meyer, précise qu’une « majorité d’établissements français seront raccordés au système » fin novembre.

L’Europe veut reprendre la main sur les moyens de paiement

Si le paiement instantané offre des perspectives attractives (envoyer de l’argent en urgence à son enfant, régler un artisan, rembourser un proche, etc.), l’engouement reste mesuré. Certains estiment que le nombre de moyens de paiements des Français est déjà conséquent, quand d’autres avancent le constat que la demande de la part de la clientèle n’est pas là. Les banques doivent aussi convaincre les commerçants dans un contexte où la carte bancaire reste plébiscitée. Un argument en faveur du virement instantané est le fait qu’ils n’ont plus à pâtir du plafonnement des paiements par carte bancaire lors d’achats importants.

Un autre élément d’ordre financier plus séduisant est donné par la Banque centrale européenne qui lance un nouveau service TIPS (Target Instant Payment Settlement). Le forfait global réclamé aux banques est fixé à 0,002 euro par transaction, un coût bien inférieur au montant des commissions d’interchange versées par les commerçants aux banques, de l’ordre de 0,20 % du montant de la transaction par carte de débit et 0,30 % par carte de crédit. La singularité de TIPS est de faire circuler les euros depuis des comptes ouverts par les établissements auprès d’une banque centrale. Ainsi, l’exécution du paiement instantané est accélérée et quasiment gratuite, puisqu’elle évite l’intermédiation payante des portefeuilles numériques distribués par Google, Amazon, Apple, Tencent ou Alibaba.

Paylib : déploiement chez toutes les grandes banques françaises en 2019

En lançant TIPS, la BCE redonne de la souveraineté européenne aux transactions. Rodolphe Meyer rappelle que « l'idée de ce nouveau schéma européen, c'est aussi d'offrir un moyen de paiement européen qui permette à terme de garder la main mise sur le paiement en Europe et de rester compétitif vis-à-vis des acteurs américains spécialistes des cartes ». Martina Weimert, consultante chez Oliver Wyman, acquiesce : « Dépendre d'un acteur comme Visa et Mastercard qui n'est pas contrôlé au niveau mondial peut poser question pour les banques européennes et avoir une alternative paraît intéressante ». TIPS veut favoriser et accompagner le développement de systèmes nationaux de paiement instantané comme Paylib en France.

Depuis ce 30 novembre, la BCE propose l’infrastructure aux banques libres de la rejoindre sachant que huit établissements bancaires ont sauté le pas dont la BPCE. Le Directeur Général Infrastructure de marchés et paiements à la BCE, Marc Bayle de Jessé, rappelle que les applications domestiques comme Paylib restent « nationales et réservées aux membres d’une même communauté ». En cens, TIPS est une plateforme qui unifie plus qu'elle ne fragmente le marché de l’instant payment. Pour l’heure, Vincent Duval, CEO de Paylib, souligne que « début 2019, les grandes banques auront rejoint le service de paiement de personne à personne », le consortium revendiquant déjà 1,5 million d’utilisateurs.  

Pour aller plus loin
Banques en ligne

Article rédigé par Olivier B.
Rédacteur web pour www.banques-en-ligne.fr

Sur le même sujet

Bunq, la dernière venue des néo-banques sur le marché français
Lire

L'article

Bunq, la dernière venue des néo-banques sur le marché français Le 14/12/2018 à 08h32
Boursorama intègre Samsung Pay et BNP Paribas Apple Pay
Lire

L'article

Boursorama intègre Samsung Pay et BNP Paribas Apple Pay Le 12/12/2018 à 07h30
Palmarès 2019 des banques
Lire

L'article

Palmarès 2019 des meilleures banques et des meilleures banques en ligne Le 11/12/2018 à 15h41