En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter

Comparateur des frais de courtage de bourse en ligne

OUTIL EXCLUSIF À BANQUES-EN-LIGNES.FR

Notre comparateur de frais boursiers vous permet de comparer les tarifs appliqués par les courtiers en ligne et les acteurs traditionnels pour l'achat et la vente de titres bousiers sur le marché Euronext en fonction du nombre d'ordres passés chaque mois et de leur montant. A noter : Le comparateur ne tient pas compte des éventuels frais annuels prélevés par certains courtiers (notamment les banques traditionnelles avec les droits de garde sur titres).

ECONOMISEZ DES MILLIERS D'EUROS EN CHOISISSANT LE BON COURTIER EN LIGNE !

  • Outil en temps réel
  • Simple et gratuit
  • Simulation adaptée à vos besoins
  • Aucune collecte de données
  • Pas de rappel téléphonique
résultat immédiat

Frais de courtage

Nombre d'ordre(s) de bourse(1) mensuel ?
1
ordre(s) mensuel
= 12 ordres/an
Montant par ordre ?(1)
1000
Je calcule les frais de bourse
Résultat de votre simulation de frais de bourse :
pour 1 ordre de bourse par mois de 1000 € chacun
Frais de bourse annuels calculés par l'outil de banques-en-ligne.fr
Notre service de comparaison des frais de bourse référence les 8 principales banques en ligne et 13 banques traditionnelles à titre de comparaison. Le référencement des banques est non exhaustif. Le critère de classement des offres est le coût annuel des frais de...
Lire la suite
Notre service de comparaison des frais de bourse référence les 8 principales banques en ligne et 13 banques traditionnelles à titre de comparaison. Le référencement des banques est non exhaustif. Le critère de classement des offres est le coût annuel des frais de bourse du moins cher au plus cher. Le fonctionnement détaillé de ce service de comparaison est consultable toutes pages du site dans la rubrique " méthodologie de comparaison".
Banques en ligne
Banques traditionnelles
1
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
22,80
de frais de courtage
2
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
30,00
de frais de courtage
3
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
30,00
de frais de courtage
4
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
42,00
de frais de courtage
5
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
46,80
de frais de courtage
6
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
48,00
de frais de courtage
6
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
48,00
de frais de courtage
Offre packagée payante
7
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
60,00
de frais de courtage
8
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
66,00
de frais de courtage
9
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
66,00
de frais de courtage
9
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
66,00
de frais de courtage
Offre packagée
10
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
71,88
de frais de courtage
11
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
71,88
de frais de courtage
12
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
87,60
de frais de courtage
13
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
90,00
de frais de courtage
14
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
90,00
de frais de courtage
15
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
90,00
de frais de courtage
16
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
92,40
de frais de courtage
17
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
93,60
de frais de courtage
18
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
94,80
de frais de courtage
19
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
94,80
de frais de courtage
20
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
94,80
de frais de courtage
21
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
96,00
de frais de courtage
22
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
96,00
de frais de courtage
23
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
97,80
de frais de courtage
24
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
100,80
de frais de courtage
25
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
100,80
de frais de courtage
26
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
102,00
de frais de courtage
27
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
102,00
de frais de courtage
28
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
102,00
de frais de courtage
29
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
108,00
de frais de courtage
30
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
108,00
de frais de courtage
31
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
108,00
de frais de courtage
32
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
114,00
de frais de courtage
33
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
118,80
de frais de courtage
34
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
118,80
de frais de courtage
34
Coût annuel pour 1 ordre mensuel de bourse de 1000 €
118,80
de frais de courtage
Offre packagée payante

Lexique bancaire & définitions

  • (1) Ordre de bourse : Ordre passé via un intermédiaire pour acheter ou vendre des titres cotés en bourse.
    • Top
    • Courtiers
    • Offres des courtiers de bourse en ligne
    • Date de fin
      de l'offre
    • Plus d'infos
    • 2
    • Fortuneologo Fortuneo
    • 0€ de frais de courtage dans la limite de 100 ordres d'un montant inférieur à 10 000 euros OU Remboursement des frais de transfert (voir conditions sur le site)
    • Fin de l'offre : 03/01/2019
    • Voir l'offre de Fortuneo
    • 3
    • Bforbanklogo Bforbank
    • 120 € + 1000€ de frais de courtage offerts sur vos ordres + Remboursement des frais de transfert (dans la limite de 2 000€ - voir conditions sur le site)
    • Fin de l'offre : 08/01/2019
    • Voir l'offre de Bforbank

En savoir plus sur la bourse en ligne


1 -

Comment investir en bourse ?

Investir en bourse débute par l’ouverture d’un compte dédié à cette activité. Celui-ci sert à enregistrer toutes les opérations (achats, ventes), à héberger les liquidités et à recueillir les plus-values réalisées et les dividendes versés. C’est exactement le rôle dévolu au compte-titres qui répertorie et consigne tous les mouvements (quantité, valeur) liés aux titres financiers échangés (obligations, sicav, actions, certificats, warrants, etc.).

Ouvrir un compte-titres

L’ouverture d’un compte-titres individuel, joint ou d’une indivision, se fait chez un intermédiaire financier classique (banquier) ou un courtier en ligne (broker). Les prestations d’un broker sont moins onéreuses : tenue de compte et droits de garde généralement gratuits, frais de courtage réduits. Parallèlement, le courtier en ligne (Fortuneo, Bourse Direct, Blinck) apporte des services complémentaires utiles.

La gestion d’un portefeuille de compte-titres est au libre choix du titulaire. Soit il choisit de piloter lui-même son compte, soit il décide de déléguer cette gestion (gestion sous mandat) en notifiant au mandataire des objectifs à suivre. Avoir un compte-titres n’est pas gratuit. Il existe des frais de courtage indexés sur les ordres boursiers passés, les droits de garde facturés selon les sommes placés ou le nombre de titres possédés, et une commission de gestion (tenue de compte).

Focus sur le PEA et le PEA/PME

Le plan épargne en actions (PEA) est un compte-titres dont les gains sont exonérés d’impôt (fiscalité favorable) à l’inverse d’un compte-titres classique. L’argent investi est placé en actions d’entreprises qui sont localisées dans l’Union européenne. Pour les sociétés basées en dehors de l’UE, seul un compte-titres est envisageable. De plus, le détenteur d’un PEA ne peut en ouvrir qu’un et a l’obligation de garder ou de réinvestir son capital dans le plan au minimum pendant 5 ans sous peine de ne pas bénéficier des avantages fiscaux qu’il procure. Enfin, le PEA est plafonné à 150 000 € et ses produits boursiers sont limités aux actions cotées, certifications d’investissement, parts de SARL, parts d’organismes de placements collectifs type OPCVM, SICAV et fonds.

Le PEA PME-ETI est une variante qui consiste à investir en actions d’OPC labellisés, en direct ou en part. Il fonctionne comme un PEA classique, avec lequel il est cumulable, sauf que les versements sont plafonnés à 75 000 €. Les entreprises sélectionnées répondent à plusieurs critères : elles disposent de moins de 5 000 salariés et leur chiffre d’affaires ne dépasse pas 1,5 milliard d’euros (ou leur bilan n’excède pas 2 milliards d’euros).

Jeu d’achat et de revente

Jouer en bourse consiste à acheter et à vendre des actions, en espérant bien évidemment revendre plus cher que le prix d’achat. Notez qu’une action est un titre financier qui correspond à une fraction du capital de l’entreprise émettrice. Détenir une action ouvre deux droits majeurs : la possibilité de participer à l’assemblée générale de l’entreprise et l’octroi de dividendes (bénéfices annuels reversés par l’entreprise). Ce jeu, simple en apparence, n’est toutefois pas sans risque pour le capital investi. L’entreprise peut en effet faire faillite ou le cours de bourse peut fluctuer à la baisse voire s’effondrer. La prudence est de rigueur et l’étude de l’environnement boursier est plus que recommandé. L’acheteur doit maîtriser les outils boursiers pour investir au mieux: effet de levier, Etf, Cfd, portefeuille boursier, indices boursiers (Cac 40, Nasdaq), forex, options binaires, autorité des marchés financiers, analyse technique, analyse graphique, maîtrise des instruments financiers etc. Acheter des actions et gagner de l’argent en bourse n’est pas simple et devenir trader ne s’improvise pas. Gagner en bourse demande de l’expérience alors investissez dès à présent et penser à diversifier vos placements !

Ce jeu se complexifie néanmoins rapidement quand on observe les nombreux ordres en bourse qui existent. Parmi cet éventail, les ordres « à cours limité » sont à privilégier (vous fixez le prix maximum en cas d’achat ou minimum en cas de vente), contrairement aux ordres « au marché » ou « à la meilleure limite » bien plus aléatoires. Le règlement des titres à l’achat ou leur revente au comptant est entériné dès l’ordre exécuté. Réservé aux initiés, le service de règlement différé (SRD), comme son nom l’indique, est un dispositif qui autorise à acheter ou à vendre à crédit. Le règlement s’effectue alors à la fin du mois boursier.

2 -

Les offres de bourse en ligne

Les intermédiaires financiers se déclinent en trois groupes : les banques traditionnelles, les banques en ligne (Boursorama, ING Direct, fortuneo, BforBank) et les courtiers en ligne (Binck, Saxo Banque, De Giro, Bourse Direct). Pour comparer les offres, il est toujours judicieux d’observer les tarifs. Pour un ordre en bourse de 1 000 €, comptez en moyenne des frais à hauteur de 0,37 % pour les courtiers en ligne contre 0,81 % pour les banques traditionnelles. Et, plus la valeur de l’ordre augmente, plus ce différentiel s’accroît.

En comparant les offres de bourse en ligne des pure players et des banques de réseaux, là encore, l’avantage est sans conteste attribué aux banques en ligne dont certaines sont des courtiers en ligne historiques. Par exemple, un ordre de bourse Euronext de 1 500 € / mois coûte 46,80 € chez fortuneo, 60 € chez BforBank, 71,88 € pour l’Agence en ligne de BNP Paribas et 72 € chez ING Direct. Du côté des banques de réseaux (hormis BNP Paribas), les prix dépassent le seuil des 100 € : 100,80 € pour La Banque Postale, 102 € pour la Société Générale, 124,20 pour le Crédit Agricole Ile-de-France et même 180 € pour HSBC.

Les boursicoteurs ne doivent cependant pas se focaliser uniquement sur les tarifs (attention aux attrayantes offres promotionnelles) et des actions en bourse mais tenir compte des services apportés par l’intermédiaire financier : ergonomie de l’application mobile, transparence des informations, outils d’aide à la décision, notification d’informations, dispositif d’alerte, disponibilité d’un conseiller spécialisé, astuces et conseils professionnels, etc.

Un mot sur les leaders du marché du courtage en ligne :

  • Boursorama : site de bourse leader du marché, aucun droit de garde et frais d’abonnement fixés à 5,95 € / mois, redevables si aucun ordre en bourse en ligne n’est passé ;
  • Fortuneo : accès ouvert à la plateforme Live Trader et frais de courtage attractifs, frais de garde gratuits ;
  • Binck : intéressant pour les investisseurs actifs et ceux qui veulent s’ouvrir aux devises étrangères et aux nouveaux marchés boursiers ;
  • Bourse Directe : couronnée dans les catégories « meilleur service client » et « meilleurs outils d’éducation » en France par l’étude Investment Trends en 2017, frais de courtage très compétitifs.
3 -

Bien choisir son courtier en ligne

Pour bien choisir votre courtier de bourse en ligne et trouver le meilleur pour ouvrir un compte titres, il faut tout d’abord connaître vos besoins et vous poser les questions suivantes :

  • Quel est votre profil investisseur ?
  • Quel est votre capacité d’épargne (budget) consacrée à la bourse ?
  • Sur quels marchés boursiers souhaitez-vous intervenir : bourse de Paris, marché Euronext, bourses étrangères, Nasdaq… ?
  • Quels produits financiers voulez-vous acheter (actions, obligations, Opcvm, SICAV et FCP, warrants, produits dérivés…)?
  • De quels services et informations fournis par les plateformes de trading allez-vous avoir besoin (analyse technique et analyse graphique, cours de bourse, conseils boursiers, cours en temps réel…) ?
  • Souhaitez-vous une gestion libre ou une gestion pilotée de votre portefeuille ?
  • Souhaitez-vous trader avec un compte-titres ordinaire ou souscrire un PEA (Plan d’épargne en actions) ?
  • Le courtier vous permet-il de participer aux introductions en bourse ?
  • Voulez-vous accéder au SRD (service de règlement différé) pour investir ?

Se poser toutes ces questions va vous permettre de savoir quels critères sont importants pour vous. Ces critères cibleront plus facilement les plateformes et courtiers qui vont correspondre à votre profil et à vos attentes et cela va vous permettre ainsi d’établir une pré-sélection. Pour vous aider, nous vous conseillons de privilégier les courtiers français car, en cas de litiges sur une opération de bourse, les démarches seront facilitées et si votre réclamation ne trouve pas d’issue facilement, vous aurez la possibilité de saisir le médiateur de l’AMF (Autorités des marchés financiers). Choisir un courtier français pourra aussi vous être utile pour certains aspects fiscaux : obtenir un IFU (imprimé fiscal unique) pour votre déclaration d’impôt sur le revenu par exemple ou encore, pouvoir souscrire un PEA (enveloppe fiscale française complexe à mettre en placeur les courtiers étrangers).

Une fois votre pré-sélection établie, vient le moment de comparer les courtiers du point de vue des tarifs. En effet, si vous voulez rentabiliser vos investissements et gagner de l’argent, un moyen efficace est de limiter les frais pour augmenter vos rendements.

Comment faire ? Il suffit de comparer les frais de courtage appliqués par les courtiers en fonction du nombre d’ordres passés et de leur montant. Il faut d’ailleurs noter que plus on boursicote avec des montants élevés, plus les tarifs ont tendance à baisser. Les courtiers appliquent en effet des tarifs dégressifs pour les boursicoteurs les plus aguerris et proposent des packages. Mais attention, il faut bien remplir les conditions de ces offres pour qu’elles soient économiques (minimum ou maximum d’ordres passés par mois ou trimestre, maximum ou minimum d’encours…) et comme chaque courtier propose des offres différentes, c’est ce qui rend la comparaison difficile à réaliser ! Notre outil tient compte des différentes offres des courtiers de bourse en ligne et vous permet de comparer les frais de courtage des différents courtiers en fonction du nombre d’ordres passés chaque mois et de leur montant moyen.

Frais de courtage de 4 courtiers en ligne calculés grâce à notre simulateur le 01/03/2018
Boursorama Banque Fortuneo Bourse BforBank Ing Direct Moyenne* des courtiers en ligne
Frais minimum sur les actions Euronext 1,99 € 1,95 € 2,50 € 4 € 2,50 €
1 Ordre Euronext de 500€ par mois 23,88€
de coût annuel
23,40€
de coût annuel
30€
de coût annuel
48€
de coût annuel
31,32€
de coût annuel
1 Ordre Euronext de 1500€ par mois 107,40€
de coût annuel
46,80€
de coût annuel
60€
de coût annuel
72€
de coût annuel
71,55€
de coût annuel
1 Ordre Euronext de 5000€ par mois 199,80€
de coût annuel
120€
de coût annuel
120€
de coût annuel
96€
de coût annuel
133,95€
de coût annuel
Droits de garde pour 3 lignes d’actions françaises de 5000€ 0€
de coût annuel
0€
de coût annuel
0€
de coût annuel
0€
de coût annuel
0€
de coût annuel

* Moyenne non pondérée par aucun critère des courtiers en ligne : Boursorama Banque, Fortuneo Bourse, BforBank, Ing Direct

Frais de courtage de 4 courtiers traditionnels calculés grâce à notre simulateur le 01/03/2018
Société Générale Crédit Mutuel Arkéa Crédit Agricole BNP Paribas Moyenne* des courtiers traditionnels
Frais minimum sur les actions Euronext 8,5 € 8 € 7,50 € 0 € 6 €
1 Ordre Euronext de 500€ par mois 102€
de coût annuel
96€
de coût annuel
90€
de coût annuel
71,88€
de coût annuel
70,32€
de coût annuel
1 Ordre Euronext de 1500€ par mois 102€
de coût annuel
117€
de coût annuel
124,20€
de coût annuel
71,88€
de coût annuel
103,77€
de coût annuel
1 Ordre Euronext de 5000€ par mois 330€
de coût annuel
390€
de coût annuel
414€
de coût annuel
215,88€
de coût annuel
337,47€
de coût annuel
Droits de garde pour 3 lignes d’actions françaises de 5000€ 58,50€
de coût annuel
77,60€
de coût annuel
56,50€
de coût annuel
71,90€
de coût annuel
66,12€
de coût annuel

* Moyenne non pondérée par aucun critère des courtiers traditionnels : Société Générale, Crédit Mutuel Arkéa, Crédit Agricole, BNP Paribas

Il est important de savoir et de noter que les courtiers en ligne (Bourse directe, Ing, Fortuneo, Boursorama Banque…) sont plus performants que les acteurs traditionnels, à savoir les grandes banques de réseau, pour boursicoter. Alors que les courtiers en ligne sont souvent des filiales de ces grandes banques (Fortuneo : Crédit Mutuel Arkea, Boursorama banque : Société Générale, BforBank : Crédit Agricole, Hello Bank : BNP Paribas, Monabanq : Crédit Mutuel…) Alors pourquoi les courtiers en ligne sont-ils plus performants ? Tout d’abord, comme le montre le tableau ci-dessus, les banques à guichet facturent des droits de garde annuels pour les titres détenus en portefeuille, qui peuvent rapidement faire grimper la note, alors que les frais de garde sont gratuits chez les courtiers en ligne. Quant aux frais de courtage, ils sont plus élevés chez les banques traditionnelles que dans une banque en ligne.

L’ouverture en ligne d’un compte bourse chez un courtier en ligne se fait très rapidement et simplement. C’est à la portée de tous. Il suffit de saisir les informations demandées, de bien préparer au préalable les documents justificatifs à fournir et en quelques clics, le tour est joué. Attention toutefois aux offres promotionnelles des courtiers en ligne, elles peuvent être alléchantes, mais n’oubliez pas, elles sont limitées dans le temps ! Analysez bien vos critères et les frais de courtage avant de faire votre choix et trouvez le meilleur courtier en ligne pour jouer en bourse.

4 -

La fiscalité des revenus liés à la bourse

Vous le savez, l’investissement en bourse est imposé. Gagner de l’argent en bourse vous soumet à des règlementations. Mais si je gagne de l’argent en bourse, quel est le niveau d’imposition appliqué sur mes gains ? Il faut comprendre que les revenus de l’épargne sont soumis aux prélèvements sociaux, à l’impôt sur le revenu et à l’impôt sur les plus values.

Jeu d’achat et de revente

Destinés au financement de la protection sociale, les prélèvements sociaux concernent toutes les catégories de placements boursiers. Au 1er janvier 2018, leur taux annuel est établi à 17,2 % (15,5 % en 2017).

Le prélèvement forfaitaire unique (PFU)

Remplaçant l’impôt sur la fortune (Isf), le PFU ne s’applique plus qu’aux revenus mobiliers et aux plus-values de cession de valeurs immobilières qui vont être perçus à partir de 2018. Quelles sont-t-elles ? Sont concernés les dividendes des actions, les OCP (Sicav, FCP), les plus-values et les placements à revenu fixe (obligations). Le taux du PFU fixé à 30 %, additionnant l’impôt et les prélèvements sociaux.

En ce qui concerne les dividendes, le contribuable peut toutefois privilégier l’imposition progressive au barème de l’impôt. Il doit pour cela tenir compte de l’ensemble de ses revenus financiers, mais aussi des plus-values réalisées. Il accède alors à un abattement sur les dividendes de 40 % et peut en déduire une partie de la CSG (6,8 %) y compris parfois les droits de garde.

En ce qui concerne les plus-values, l’abattement pour durée de détention est de 50 % pour les titres possédés entre 2 et 8 ans (65 % au-delà de 8 ans). La participation en investissements au capital d’une PME qui serait supérieure à 8 ans donne droit à un abattement fiscal pouvant aller jusqu’à 85 %.

La fiscalité du PEA

Qu’en est-il de la fiscalité sur les actions détenues dans un PEA ? En sortant les gains du PEA au bout de 5 ans, ceux-ci sont exonérés d’impôt mais pas de prélèvements sociaux. Le 5ème anniversaire est un moment charnière. En cas de retrait au cours des deux premières années, le taux d’imposition s’élève à 39,7 % (prélèvements sociaux inclus), contre 36,2 % entre 2 et 5 ans. Au-delà du 5ème du plan, les plus-values sont totalement exonérées. Seuls les prélèvements sociaux s’appliquent sur les gains réalisés.

En revanche, les moins-values d’un PEA sont imputables sur les éventuelles plus-values effectuées sur d’autres compte-titres pendant une décennie. Les dividendes ne sont pas imposés.