En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
Comment éviter les situations de surendettement ?

Comment éviter les situations de surendettement ?

eviter-situation-surendettement

Le surendettement est le fait de ne pas pouvoir faire face aux échéances des diverses dettes contractées dans sa vie personnelle. Nul n’est à l’abri d’un accident de la vie susceptible d’enclencher ce cercle vicieux. Si des solutions en cas de surendettement peuvent être mises en place, la première d’entre elles est d’éviter de tomber dans cette ornière. Comment ? En anticipant !

Qu’est-ce que le surendettement et comment l’anticiper ?

Le surendettement définit une situation au sein de laquelle une personne ne peut plus payer ses créanciers, c’est-à-dire les personnes et les organismes à qui elle doit de l’argent dans un cadre non professionnel. Concrètement, ses revenus ne suffisent plus à compenser les factures, les échéances de crédits et les dettes.

« La situation de surendettement est caractérisée par l’impossibilité manifeste de faire face à l’ensemble de ses dettes non professionnelles exigibles et à échoir » 

(Art. L. 711-1 et L. 712-2 du Code de la consommation)

Comment un particulier peut-il atterrir dans une telle ornière avec une situation qui  s’emballe et des difficultés financières qui s’amoncèlent ? Les raisons sont multiples et proviennent aussi bien de la sphère privée et familiale que de la sphère professionnelle ou environnementale

On peut distinguer des causes objectives qui sont indépendantes des décisions de la personne surendettée et des causes subjectives qui lui sont cette fois imputables.

Parmi les causes objectives, on mentionnera :

  • Un contexte macro-économique négatif : crise économique, diminution du pouvoir d’achat, forte inflation ;
  • Une situation personnelle qui change brutalement : maladie conduisant à une invalidité, divorce ou séparation, veuvage, accidents de la vie, prêt d’argent accordé à un proche non remboursé, etc.

Parmi les causes subjectives, on citera :

  • Une mauvaise gestion de ses finances personnelles et familiales ;
  • Des dépenses trop importantes et superflues ;
  • Des addictions dispendieuses ;
  • Une propension à multiplier des crédits non maitrisée ;
  • La souscription à d’autres emprunts pour faire face à d’autres emprunts.

Comment éviter une situation de surendettement ? Le conseil principal est d’anticiper et d’établir un état des lieux à chaque fois qu’un bouleversement ou un imprévu survient. Il faut s’interroger sur les conséquences de cet imprévu dans ses finances personnelles, dans ses revenus futurs comme dans ses dépenses à soutenir dans les prochains mois.

Cela peut passer par la souscription d’une assurance pour son crédit ou par le fait d’épargner dès qu’on se trouve en position de le faire. En revanche, il ne faut surtout pas tomber dans le piège de la souscription d’un crédit supplémentaire ou d’un regroupement de crédits pour combler ses dettes, le début d’un cercle vicieux très difficile à enrayer.

Les solutions pour équilibrer votre budget

Dès qu’une personne commence à être régulièrement à découvert ou à ne pas pouvoir faire face à une première échéance, le signal d’alerte se doit d’être actionné. Plus elle réagira rapidement, plus elle aura de chances de s’en sortir. La première chose à faire est de décortiquer ses lignes de dépenses et ses lignes de rentrées d’argent. Le b.a.-ba consiste à équilibrer son budget

En cas de déséquilibre, il faut soit augmenter ses revenus, soit diminuer ses dépenses. A l’évidence, c’est le second levier sur lequel il faut se concentrer. Quelles sont les dépenses superflues ? Où puis-je faire des économies ce mois-ci ? De quoi puis-je me priver sur telle période ? Le socle d’un budget doit être réservé aux éléments fondamentaux du quotidien : hébergement, eau, électricité, alimentation ou encore santé. Mais le premier levier peut aussi être actionné, en demandant par exemple à un proche un prêt d’argent, ou en louant ou vendant des objets inutilisés ou dont l’usage actuellement n’est pas requis. 

La situation continue d’empirer malgré ses efforts consentis. La personne peut alors rechercher une aide et des conseils extérieurs auprès du conseiller bancaire, du centre communal d’action sociale (CCAS), des services sociaux départementaux ou d’associations d’aide aux familles ou de défense des consommateurs. Ces interlocuteurs distillent tous les conseils nécessaires pour déposer un dossier de surendettement auprès de la Banque de France.

Bon à savoir : en lançant cette procédure de surendettement, la personne est automatiquement inscrite au Fichier national des incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers (FICP) pour une durée maximale de 7 ans.

Le dépôt d’un dossier de surendettement est gratuit et doit être adressé à la Commission de surendettement du département de résidence. Cette instance évalue sa recevabilité, et, en cas de validation, entame un travail de négociation auprès des créanciers afin de dégager des solutions pérennes. Si le dossier de surendettement est rejeté, la personne dispose de 15 jours pour réitérer sa demande. En cas de refus définitif, il faut trouver d’autres solutions comme l’hypothèque d’un bien immobilier voire le remboursement des crédits par anticipation.  

Bon à savoir : une fois la recevabilité du dossier de surendettement acquise, la personne n’a plus l’obligation de rembourser ses crédits, ses découverts et ses dettes dans une limite maximale de 2 ans. Les saisies (sauf dettes pénales et alimentaires) sont suspendues et interdites. 

 

Mis à jour le