En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter

Qu'est-ce qu'une néo-banque ?

néo-banque définition

Définition d'une néo-banque

Une néo-banque est une banque digitale, accessible uniquement via une application mobile (d’où le fait que les néobanques soient également nommées banques mobiles). En réalité, une néobanque n’est pas une banque mais généralement un établissement de paiement qui s’appuie sur les innovations technologiques pour formuler des offres plus en adéquation avec les attentes et les comportements des usagers bancaires. Leur succès réside sur leur capacité à agréger plusieurs briques technologiques afin de proposer le meilleur des services dans des domaines définis à des tarifs compétitifs (outils de gestion, paiement, UX, application fluide et ergonomique...etc.).

Quels sont les avantages d’une banque mobile ? 

Les principaux avantages et inconvénients d'une banque mobileLes avantages des banques 100 % mobile sont leur simplicité, leur quasi-gratuité et leur ergonomie. Le client peut piloter son compte bancaire avec plus de confort et de réactivité grâce à des applications mobiles innovantes et constamment enrichies. La souscription d’un compte bancaire dans une néobanque est entièrement dématérialisée et rapide (quelques minutes). 

Ces banques digitales s’adressent à un large public car elles n’imposent pas de barrières à l’entrée (pas de condition de revenus ou d’encours). Elles peuvent donc accueillir les personnes en situation de fragilité financière ou celles qui ont du faire face à des incidents de paiement provoquant leur inscription au FCIP ou une situation d'interdit bancaire. D'ailleurs, les néobanques n’acceptent pas les découverts, ce qui restreint leurs besoins administratifs de vérifier le profil du souscripteur.

Les banques mobiles incluent dans leur offre un compte bancaire associé à une carte bancaire classique ou une carte à autorisation systématique (Visa ou MasterCard). Le client d’une néobanque gère son compte bancaire via une application mobile. Les néobanques misent particulièrement sur leur ergonomie, la fluidité de navigation et les fonctionnalités mises en place pour séduire l’usager. L’expérience utilisateur est ainsi au cœur de leur préoccupation.

Pour capter une clientèle et se faire une place dans un secteur où règnent de grands groupes bancaires, les banques mobiles misent aussi sur leurs tarifs attractifs. Outre la gratuité des frais de tenue de compte et l’accès à une carte bancaire généralement gratuite, elles essayent de séduire certains segments de clientèle comme les voyageurs, les jeunes ou les professionnels. Elles formulent des services adaptés et proposent des tarifs agressifs en toute transparence, notamment pour les opérations de paiement et de retrait en devises.

Quelles sont les différences entre une néobanque et une banque en ligne ?

La nature de l’établissement

Le terme de néobanque ou de banque digitale est à l’origine de certaines confusions, surtout au moment de les comparer aux banques en ligne. La principale différence est leur nature. Une banque en ligne est une véritable banque, qui plus est, filiale d’une banque traditionnelle. Elle dispose donc de leur structure technique et de leurs services de qualité. En revanche, une banque mobile reste pour l’heure un établissement de paiement même si elles sont de plus en plus nombreuses à solliciter et décrocher une licence bancaire à l’échelon européen auprès des autorités, voire à être rachetée par de grand groupe bancaire. Elles doivent donc s’appuyer sur une banque pour opérer et sécuriser les dépôts d’argent. A l’origine, une néobanque est une Fintech qui cherche à dynamiter le secteur de la finance grâce à des innovations disruptives permettant d’améliorer et d’optimiser l’usage de leur clientèle. 

Le support de connexion

Historiquement, les banques en ligne ont surfé sur la démocratisation d’internet pour développer leurs services. Leur interface a donc été travaillée pour les supports destktop (ordinateurs de bureau puis ordinateurs portables). Les néo-banques, banques 100% digitales, ont profité d’un basculement d’une navigation sur ordinateur vers une navigation sur mobile (smartphone, tablette). Elles ont donc construit leurs applications en pensant uniquement au support mobile, ce qui implique des modifications d’approche en termes d’ergonomie, de design et de formats de contenu. 

Les différents supports d'accès

Les différents supports d'accès

La vitesse de souscription

Qui dit changement de support de prédilection pour les clients, dit changement à prévoir dans les étapes de souscription d'un compte en ligne. Les banques en ligne proposent des inscriptions plus lentes car elles ont besoin de réclamer et d’analyser des pièces justificatives notamment du fait qu’elles imposent des conditions de revenu par exemple. A contrario, une néobanque élabore un parcours client plus direct, moins chronophage, sans barrières à l’entrée et sans engagement.

Les délais moyens de souscription dans une néo banque

Les délais moyens de souscription dans une néo banque

L’étendue de l’offre

En tant qu’établissement de paiement, une banque mobile n’a pas le droit de proposer tous les produits qu’un établissement bancaire commercialise. A l’heure actuelle, les néobanques se concentrent sur le compte bancaire même si certaines comme Orange Bank entretiennent la confusion en proposant dès son lancement un livret d’épargne ou un prêt à la consommation. Les banques en ligne déploient une offre en ligne complète, quasiment identique à l’éventail de produits et de services promus par les banques traditionnelles : épargne, assurance-vie, crédits, assurances, produits de placements boursiers. 

Les différences sur l'étendue de l'offre

Les différences sur l'étendue de l'offre

Les fonctionnalités 

Les usagers bancaires s’intéressent de plus en plus aux fonctionnalités incluses dans l’offre des banques numériques. Les néobanques sont très en pointe dans ce domaine, ce qui est logique puisqu’il s’agit du cœur de leur stratégie. L’immédiateté est particulièrement valorisée (inscription en quelques minutes, solde du compte en temps réel, notifications d’alerte, financement participatif, cagnotte en ligne, virements par simple numéro de téléphone, etc.). Les banques en ligne se cantonnent aux fonctionnalités classiques, même si elles fournissent actuellement beaucoup d’efforts pour améliorer leurs applications mobiles et rattraper leur retard.

Les tarifs

Les tarifs des néo-banquesEn termes de tarifs, les banques en ligne continuent d’être les plus avantageuses. Grâce à des coûts structurels moindres (pas d’agences physiques et moins de personnels), elles sont particulièrement agressives dans la conquête de nouveaux clients. Et certaines n’imposent pas de barrière à l’entrée en maintenant la gratuité (offre Welcome de Boursorama Banque) ou en ponctionnant une participation limitée (2 € / mois chez monabanq). Elles proposent également des livrets d’épargne à taux boostés et des primes de bienvenue alléchantes. Les néobanques appliquent des frais de tenue de compte ou facturent certaines opérations comme le retrait d’espèces en euro d’autant qu’elles ne peuvent s’appuyer sur un réseau de DAB propre. 

Le nombre de clients

En dehors des grands groupes bancaires qui conservent largement la tête en ce qui concerne le volume de leur portefeuille client, les banques en ligne et les néobanques tentent de grappiller des parts de marché. En France, les banques en ligne devancent toujours les néobanques, bénéficiant aussi de leur antériorité. Avec respectivement 1,3 million et 1 million de clients, Boursorama Banque et ING Direct enregistrent plus de clients dans l’hexagone que N26 au niveau européen. En France, N26 comme Revolut avoisinent les 300.000 utilisateurs, c’est autant que la banque en ligne Hello bank!, trois fois plus qu’Orange Bank mais deux fois moins que Fortuneo et trois fois moins que Nickel (racheté par…BNP Paribas).

La relation client

Les banques digitales remplacent le conseiller bancaire par le smartphone, ce qui leur vaut quelques critiques. D’ailleurs, dans les diverses enquêtes, les personnes interrogées insistent sur leur désir de pouvoir échanger avec un chargé de clientèle humain, notamment lors de la souscription de produits bancaires plus élaborés ou engageants ne serait-ce que pour ouvrir leur compte courant. Or, les banques digitales misent plutôt sur les robots-advisors toujours dans une optique de l’immédiateté et facturent dans la plupart des cas l'intervention d'un chargé de clientèle. Si les banques en ligne ne possèdent pas non plus, de réseaux d’agences physiques ni de conseillers bancaires dédiés, elles multiplient les canaux d’échange pour maintenir le contact humain qu’elles défendent avant tout (téléphone, chatvideo, réseaux sociaux, etc.) et il faut reconnaître que leurs services client sont accessibles, disponibles et efficaces.

Mais des différences qui s’atténuent

Il existe donc bien des différences entre les banques mobiles et les banques en ligne. Néanmoins, les concurrents s’observent entre eux et repèrent les points forts des uns et des autres pour mieux les dupliquer voire les bonifier. Ainsi, si on reprend point par point les éléments de distinction précédemment étayés, ceux-ci tendent à s’atténuer avec le temps. 

Les néobanques enrichissent leurs offres et sollicitent des licences bancaires pour formuler des offres de plus en plus complètes. Elles deviennent plus agressives au niveau tarifaire et n’hésitent pas à investir leur levée de fonds pour se déployer dans nombre de pays afin de gonfler leur portefeuille client et atteindre le seuil de rentabilité. Dans un mouvement ciseau similaire, les banques en ligne actualisent leurs applications mobiles et multiplient les outils et les fonctionnalités pour coller aux attentes d’instantanéité et de flexibilité des clients.  

L’exemple de cette convergence est sans doute incarné par Orange Bank qui se définit comme une banque 100 % digitale, tout en jouant sur son hybridité phygitale : souscription dématérialisée également possible dans certaines agences Orange, campagne de formation de personnel pour devenir conseiller bancaire, offre avantageuse pour les prospects déjà clients de l’activité de téléphonie, éventail de services bancaires bien plus large qu’une néobanque classique, etc.

Quelles néobanques pour les particuliers ?

Le marché des néobanques ne cesse de s’agrandir à l’échelle européenne. Les banques mobiles ont d’abord émergé aux Etats-Unis et surtout au Royaume-Uni où elles foisonnent. La pionnière en France fut Nickel mais l’hexagone, vaste marché, attire les néobanques étrangères comme l’ont récemment montré les exemples de N26 et de Revolut qui ont lancé leurs offres respectives en 2017 en catimini. Si l’offre aux particuliers reste limitée comparativement aux banques traditionnelles et aux banques en ligne, les néo-banques poursuivent leur déploiement.


Les néobanques

N26

N26 est le choix de la rédaction pour un compte personnelLa néobanque allemande recense pratiquement 1 million de clients européens en 2018, dont 200.000 en France. C’est l’exemple même de ce qu’est une banque digitale : rapidité de souscription, formalités administratives restreintes, tarification claire et transparente, outils et fonctionnalités au service de l’expérience client, etc. L’offre N26 se décline en deux formules : N26 Standard gratuite (à condition de faire 9 paiements par trimestre sous peine de payer 2,90 € / mois) et N26 Black à 5,90 €/ mois (carte bancaire haut de gamme). 

Compatible avec 3-D Secure, N26 autorise les paiements mobiles sur iPhone et Android. Elle accorde 5 retraits en euros gratuits par mois (2 € / retrait ensuite) et prélève 1,7 % de commissions sur le montant des retraits en devise. En termes d’offre, N26 qui est détentrice d’une licence bancaire (en Allemagne) ne propose actuellement que le prêt personnel.

Anytime

La banque digitale Anytime met à disposition des particuliers depuis 2014 un compte, une MasterCard et un ensemble de services financiers. L’offre 100 % mobile met en avant des solutions simples et personnalisables telles qu’un service d’agrégateurs de comptes ou un service de paiement sans contact via bracelets connectés. Son offre standard est commercialisée sous deux formules : un abonnement à l’année de 114 € (soit 9,50 € par mois) ou un abonnement mensuel équivalent à 174 € / an (14,50€ par mois pour cette formule sans engagenment, plus les frais de dossier de 35 €). Une formule Premium est accessibles à partir de 19,50€ par mois (permettant notamment l'accès au service client par téléphone; uniquement du chat en compte standard).

Anytime évolue sous le statut d’agent prestataire de services de paiement avec un mandat délivré par l’établissement bancaire Raphaels Bank. La néobanque n’autorise pas de découvert et ne distribue ni produits d’épargne ni solutions de crédit. En revanche, elle propose un compte bancaire pour les jeunes âgés entre 12 et 18 ans. Si son offre au quotidien est relativement complète, l'abonnement et les services annexes restent toutefois onéreux dans cette néobanque.

Revolut

La néobanque britannique réunit près de 2 millions de clients en Europe dont 275.000 en France. Revolut propose une offre standard simple et gratuite autour d’une application mobile performante : notifications instantanées, tenue du solde du compte en temps réel, achat de cryptomonnaie, service de trading sans frais. Les dirigeants de Revolut affirment leurs ambitions à l’instar de N26 en accumulant les levées de fonds afin d’investir de nombreux marchés à l’international.

Revolut ne prélève pas de frais de tenue de compte et la carte MasterCard Standard est gratuite dans cette formule standard (6 € la livraison). Le virement hors zone SEPA est gratuit et les opérations en devises également jusqu’à 200 € / mois (2 % ensuite du montant des paiements et retraits). En revanche, la néobanque n’offre ni prime de bienvenue ni autorisation de découvert. Parmi les plus-values, on peut citer l’arrivée d’une carte haut de gamme personnalisable (dans la formule premium à 6,99£ par mois), la mise à disposition d’un coffre-fort virtuel et le paiement sans frais possible dans 150 devises.

Ditto Bank

Ditto Bank est une néobanque française récente, dont le lancement officiel a eu lieu en février 2018. Conçue pour les personnes qui vivent avec plusieurs devises (grands voyageurs, expatriés, transfrontaliers...), son offre permet d'ouvrir un compte bancaire dans autant de devises que nécessaire parmi les 30 proposées, et il est assorti d'une carte Gold Mastercard intelligente, qui gère les transactions en fonction de la devise utilisée. Son abonnement mensuel fixe de 9,90€ permet de gérer instantanément les différents comptes multi-devises, de bénéficier d'alertes, d'une assurance des moyens de paiement, de faire des retraits, paiement et virements internationaux de manière illimitée et sans frais additionnels (marge maximale de 1% sur le taux de change moyen du marché pour les opérations entre 2 devises différentes). Un découvert autorisé jusqu'à 1000€ peut être octroyé par la néo-banque.

Orange Bank 

Très attendue et après quelques tergiversations techniques, Orange Bank a lancé son offre au mois de novembre 2017. Quelques mois plus tard, elle annonce avoir franchi la barre des 100.000 clients. La filiale de l’opérateur téléphonique mise tout sur son application mobile avec succès puisqu’elle vient d’être élue meilleure numérisation des parcours et des offres bancaires selon l’agence notations D-Rating (juillet 2018). La souscription est entièrement dématérialisée même si un accompagnement humain est possible en agence ou à l’aide de téléconseillers.

Orange Bank s’appuie aussi sur l’intelligence artificielle via son assistant virtuel Djingo au contact des clients. Cette néobanque au profil un peu particulier propose dès son lancement une offre plus élargie à l’instar d’un livret d’épargne rémunéré à 1 % sans plafond de dépôt. Bien qu’Orange Bank commercialise également un prêt personnel, elle reste focalisée sur le compte courant classique gratuit sous conditions d’utilisation de la carte bancaire (3 opérations/mois) sous peine de payer 5 € / mois.

Là encore, Orange Bank s’adapte à la concurrence en supprimant, durant l’été 2018, les frais à l’étranger sur les paiements et retraits en devises comme N26 ou Revolut.


Les banques virtuelles ou comptes sans banque

C-Zam

Revendiquant 120.000 clients, le coffret C-Zam est vendu par l’enseigne de grande distribution Carrefour et sa filiale Carrefour Banque. Accessible aux interdits bancaires, le client achète le coffret dans un des points de vente Carrefour pour 5 € et s’acquitte ensuite d’un abonnement mensuel fixé à 1 €. L’atout majeur de C-Zam concerne les ristournes avantageuses possibles pour les titulaires chez les partenaires. En revanche, l’offre n’inclut ni chéquier ni possibilité de découvert bancaire. Et les retraits dans les distributeurs automatiques de billet sont payants (1 €/opération) en dehors des réseaux BNP Paribas et Carrefour.  

Nickel

Disponible depuis 2008, Nickel (anciennement Compte Nickel) est passé sous le giron de BNP Paribas en 2017. Cette solution puise son originalité dans son réseau de distribution : les bureaux de tabac partenaires. Pour ouvrir leur compte Nickel, les quelques 900.000 clients se sont donc rendus dans un des 2.900 points de vente. La souscription s’effectue par le biais d’une borne interactive en 5 minutes à peine. Le client n’a plus qu’à activer sa carte bancaire et profiter d’un RIB.

L’abonnement à l’offre Nickel est fixé à 20 € / an. Il n’érige aucune barrière à l’entrée, ce qui permet aux personnes frappées d’incidents bancaires de bénéficier de ce compte sans banque. Le dépôt d’espèces, qui est impossible avec d’autres néobanques, l’est justement via un passage dans un des bureaux de tabac partenaires (attention, une commission de 2% est appliquée). Les fonctionnalités de l’application mobile sont nombreuses comme le verrouillage ponctuel de la carte bancaire ou la catégorisation des dépenses. Accessible dès 12 ans, l'offre Nickel s'est étoffée récemment avec la possibilité de monter en gamme avec l'offre Nickel Chrome (30€ supplémentaire par an) qui permet de diminuer les frais de retraits et paiements à l'étranger (hors zone euro). Il faut tout de même noter que les retraits d'espèces restent payants que ce soit chez un buraliste (0,50€ par retrait) ou bien dans un distributeur de billets (1€ par retrait). 

Ferratum

La banque mobile finlandaise a investi le marché hexagonal en 2017. Cet expert du microcrédit par le mobile propose un compte bancaire gratuit, un compte multidevises européennes, le paiement sans contact gratuit, le transfert d’argent par sms et par mail, et un compte épargne. Ferratum Mobile Bank se distingue notamment par l’absence de frais bancaires pour les opérations à l’international effectuées en devises.


Les principales offres de néo-banques pour les particuliers

Néobanque Dépôt obligatoire à l'ouverture Prix de la carte bancaire Info compte courant
Pas de dépôt obligatoire

Gratuit

(si 9 paiements carte dans le trimestre - sinon 2,90€ / mois)

En savoir plus
50€ pour activer le compte

Gratuit

(si 3 transactions par carte chaque mois - sinon 5€ / mois)

En savoir plus
Pas de dépôt obligatoire 1€ / mois sans aucune condition En savoir plus
Pas de dépôt obligatoire

à partir de 9,50€ / mois 

En savoir plus

Quelles néobanques pour les professionnels ?

Les professionnels (chefs d’entreprises, professions libérales, commerçants, artisans, etc.) constituent une cible privilégie pour certaines néobanques. Celles-ci s’engouffrent sur le segment des professionnels souvent moins bien desservi, numériquement parlant, par les banques traditionnelles et les banques en ligne.

N26 Business

La néobanque allemande permet d'ouvrir et gérer un compte professionnel gratuit pour les auto-entrepreneurs en promettant simplicité et fluidité pour gérer ses finances. Assorti d'une carte Business Mastercard, le compte pro N26 Business est accessible sur mobile et ordinateur, sans condition de revenus, sans frais de tenue de compte à condition de réaliser au moins 9 transactions par trimestre pour les plus de 26 ans (Gratuit pour les moins de 26 ans). Si la condition d'utilisation n'est pas remplie, un forfait de 2,90€ est prélevé pour le trimestre échu. Tous les paiements par carte sont gratuits ainsi que les retraits dans la limite de 5 par mois. Un cashback de 0,1% est reversé chaque trimestre sur toutes les achats par carte. Les opérations sont automatiquement catégorisées en fonction des personnalisations de l'utilisateur et peuvent être exportées pour faciliter la gestion comptable.

Qonto

Qonto est le choix de la rédaction pour un compte professionnelLa néobanque des entreprises et des indépendants Qonto (SARL, SA, EURL, auto-entrepreneurs, associations, etc.) propose une solution moderne afin de gérer les finances en toute simplicité et toute efficacité. L’inscription en ligne ne prend que 5 minutes. L’offre comporte un compte courant, un IBAN français, une ou plusieurs cartes physiques MasterCard, et une ou plusieurs cartes virtuelles. Qonto décline quatre offres : Solo (9 € / mois), Standard (29 € / mois), Premium (99 € / mois) et Entreprise (299 € / mois). Historique illimité, module notes de frais, filtres et labels personnalisés : Qonto actualise régulièrement ses outils et ses fonctionnalités avec des visées à l’international.

Anytime

Anytime permet l'ouverture d'un compte pour les professionnels de différents statuts : Auto-entrepreneur, indépendant, profession libérale, SASU, EURL, SARL, SAS, SA, Association ou encore SCI peuvent ouvrir un compte dans cette néo-banque. Avec une inscription en ligne en 5 minutes, le professionnel a le choix entre un compte standard et un compte premium à partir de 9,50€ par mois. Sont inclus dans le compte outre les cartes bancaires physiques et virtuelles mastercard, 4 encaissement de chèques par mois et 20 virements ou prélèvements mensuels. La néobanque permet également l'accompagnement de la création de la société moyennant un forfait de 399€. Attention tout de même aux tarifs additionnels qui peuvent faire grimper la facture (accès à votre conseiller par téléphone : 10€ / mois...).

Manager.one

Fruit d’une collaboration entre la banque Wormser Frères et la Fintech SaGa Corp, la néobanque pour professionnels Manager.one a lancé son offre en juillet 2017. Parmi les spécificités de la carte bancaire, on peut citer le plafond sur-mesure ou sans limite, les notifications en temps réel, l’option de blocage momentané de la carte ou l’activation/désactivation du paiement sans contact. L’offre Visa Business est facturée à 29,99 € / mois.

Margo Bank

Se situant au croisement d’une banque classique et d’une banque digitale, Margo Bank veut devenir un établissement de crédit. Le lancement commercial de son offre devrait survenir au cours de l’année 2019. Sa vocation : fournir des offres de prêts bancaires aux entreprises dont le chiffre d’affaires oscille entre 1 et 20 millions d’euros. Une des particularités de Margo Bank sera que les conseillers bancaires iront à la rencontre de leur clientèle. Au suivre...

Monaize 

Le compte Monaize est réservé aux indépendants et aux TPE, moyennant un forfait annuel de 100 €. Les chefs d’entreprises peuvent disposer d’un IBAN, d’une MasterCard et d’une application mobile. On peut relever la gratuité des transactions en zone SEPA, la distribution à l’avenir d’une assurance pro en ligne, le système d’encaissements par sms ou bien la solution de financement participatif (crowdlending).

IbanFirst

La Fintech iBanFirst dispose d’une licence en tant qu’établissement de paiement délivrée par la Banque nationale de Belgique. Elle est spécialisée dans les paiements et les transferts en devises étrangères. Cette solution de gestion des paiements internationaux pour les entreprises s’appuient sur des comptes en devises nominatifs, des taux en temps réel, des paiements rapides, des virements gratuits et immédiats, le tout sans commissions sur le change et les mouvements et sans frais additionnels. iBanFirst formule deux options de couverture de change pour permettre à sa clientèle professionnelle de neutraliser le risque occasionné par les variations des cours de change : le contrat de change à terme et le contrat de change à terme flexible.

Les banques en ligne ne se sont que peu positionnées sur ce segment pour l’instant. Notons tout de même l’offre Boursorama Pro de Boursorama Banque à 9 € / mois pour les indépendants et l'offre monabanq à 7 € / mois (sans carte bancaire) uniquement pour les auto-entrepreneurs. Pour les clients professionnels ayant besoin de produits encore plus poussés, les banques traditionnelles restent sans doute les interlocuteurs les plus appropriés.

Les principales offres de néo-banques pour les professionnels

Néobanque Dépôt obligatoire à l'ouverture Prix de l'offre Info compte courant
Pas de dépôt obligatoire
  • 9€ / mois avec l'offre solo (pour les freelances et indépendants)
  • 29€ / mois avec l'offre Standard (de 2 à 5 collaborateurs)
  • 99€ / mois avec l'offre Premium (de 6 à 15 collaborateurs)
  • 299€ / mois avec l'offre entreprise (plus de 15 collaborateurs)
En savoir plus
Pas de dépôt obligatoire

Offre Business Gratuite pour les auto-entrepreneurs

(si 9 transactions par carte dans le trimestre - sinon 2,90€ / mois)

En savoir plus
Pas de dépôt obligatoire
  • à partir de 9,50€ / mois pour l'offre standard
  • à partir de 19,50€ / mois pour l'offre premium
En savoir plus
Mis à jour le