En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
Quelle est la meilleure banque pour les expatriés ?

Quelle est la meilleure banque pour les expatriés ?

Banque pour expatrié

Un expatrié doit réfléchir à la solution bancaire la mieux adaptée à sa situation en prenant en considération son statut fiscal, son épargne et ses placements. Dès lors, faut-il conserver un compte bancaire dans un établissement en France et/ou en ouvrir un dans le pays d’accueil ? Voici tout ce que vous devez savoir avant de partir !

Comment définir un expatrié ?

Un expatrié est littéralement celui qui vit en dehors de sa patrie, entendons par là hors du territoire de sa patrie. L’expatrié peut très bien être en activité ou à la retraite. Sa situation se définit généralement par un départ pour une période indéterminée, choisie de manière individuelle ou par son employeur. Ajoutons que d’après la réglementation sociale européenne, un expatrié est un individu qui n’est plus lié au régime de sécurité sociale de son pays d’origine. Il adopte le régime social du pays d’accueil.

Quid de la fiscalité d’un expatrié ? Tout dépend du statut adopté : résident ou non résident. C’est la combinaison de divers critères qui définit la résidence fiscale d’un expatrié. Une personne est considérée comme domiciliée fiscalement en France (sauf conventions fiscales internationales impliquées) si un seul des critères suivants est effectif :

  • Votre foyer demeure sur le territoire français (conjoint(e), partenaire de PACS, enfants). Sans foyer, c’est le lieu de séjour principal qui détermine votre domicile fiscal
  • Vous travaillez en France que vous soyez salarié ou non
  • Vous concentrez en France vos intérêts économiques (investissements, siège social, etc.)

Ainsi, un expatrié domicilié fiscalement dans l’hexagone paie ses impôts en France. Vos revenus, y compris ceux enregistrés à l’étranger, sont à déclarer au service des impôts de votre lieu de résidence principale. Vous avez en outre l’obligation de transmettre aux autorités compétentes les références des comptes bancaires détenus à l’étranger.

Un expatrié non résident fiscalement s’acquitte des impôts du pays d’accueil. En France, vous ne serez imposable que si vous disposez de revenus accumulés dans l’hexagone. Dans ce cas de figure, pensez à remplir la déclaration 2042 relative au Impôt des Particuliers non-résidents.

Les meilleures banques pour expatriés : conseils et bonnes pratiques

Les banques en ligne sont généralement intéressantes pour un expatrié qui peut consulter ses comptes bancaires, piloter ses opérations et gérer son épargne depuis l’étranger à frais réduits. Retour sur les options envisageables.

Les banques en ligne et les néobanques

Les banques en ligne comme BforBank, Boursorama, ING Direct, Fortuneo ou encore Monabanq ont avant tout l’avantage d’être moins chères que les établissements bancaires traditionnels. Accessibles à toute heure et depuis n’importe quel support connecté, les comptes des banques en ligne pour les expatriés sont pratiques et flexibles. La gestion des comptes depuis l’étranger est moins onéreuse, surtout qu’elles proposent des primes de bienvenue très attractives.

Attention toutefois à ouvrir son compte dans une banque en ligne avant de partir afin de bénéficier du statut de résident fiscal français. Car conserver un compte bancaire ouvert en France permet de profiter de moyens de paiement et de régler diverses factures (impôt, remboursement d’emprunt, encaissement de loyers, etc.), le temps de vous installer sur place.

Les meilleures banques en ligne pour expatriés

*Méthode de calcul : sur une base de 100 paiements de 20 euros et 40 retraits de 200 euros sur une période de 1 an.

Banques Coût CB Paiements par carte bancaire* Retraits depuis un distributeur de billets* Frais de tenue de compte Assurance perte & vol Coût total sur 1 an* Info compte courant
logo Bforbank 0 € 39 € 156 € 0 € 0 € 195 € En savoir plus
Boursorama Banque 0 € 39 € 156 € 0 € 0 € 195 € En savoir plus
ing-direct 0 € 40 € 160 € 0 € 0 € 200 € En savoir plus
logo Fortuneo 0 € 38,80 € 155,20 € 0 € 0 € 194 € En savoir plus
logo Monabanq 72 €
(108 € pour une carte Visa Premier)
15 €

 

45 €

 

0 €
 
24 €
(2€ par mois)
156 €
(192 € pour une carte Visa Premier)
En savoir plus
0 € 40 € 160 € 0 € 26,50 € 226,50€ En savoir plus

 

Banques Coût Total sur 1 an* Info compte courant
logo Bforbank 195 € En savoir plus
Boursorama Banque 195 € En savoir plus
ing-direct 200 € En savoir plus
logo Fortuneo 194 € En savoir plus
logo Monabanq 156 € (192 € pour une carte Visa Premier) En savoir plus
226,50 € En savoir plus

Certaines néo-banques comme N26 sont aussi intéressantes par leurs spécificités comme la gestion des devises ou bien les frais peu élevés pour les opérations effectuées à l’étranger.

L'offre N26 Black peut également s'avérer extrêmement intéressante. Certes facturée 5,90€/mois, la carte bancaire permet des retraits gratuits au DAB avec votre Mastercard en devise étrangère

La meilleure néo-banque pour expatrié

Banques Coût CB Paiements par carte bancaire* Retraits depuis un distributeur de billets* Frais de tenue de compte Assurance perte & vol Coût total sur 1 an* Info compte courant
logo N26 70.80€ 0€ 0€ 0 € 0 € 70.80€ En savoir plus

 

Banques Coût CB Info compte courant
logo N26 70.80€ En savoir plus

Les banques traditionnelles

Face à l’augmentation des candidats à l’expatriation, les banques traditionnelles se positionnent avec des offres pleinement orientées vers cette catégorie de population. Ces solutions permettent de profiter de frais réduits pour certaines transactions. C’est typiquement le cas de BNP Paribas et son offre Monde Expat’. Les retraits à l’étranger sont gratuits tout comme les virements reçus de l’étranger, et des réductions tarifaires sont appliquées sur une grande partie des services bancaires.

Plus onéreuse que l’offre des banques en ligne, la solution HSBC se distingue surtout pour son service à l’international très performant : conseillers joignables par téléphone, accompagnement des démarches d’installation à l’étranger, accès à un réseau de 19 000 DAB à travers le monde, etc. L’expertise et l’implantation internationale d’HSBC ont d’ailleurs été récompensées pour la 6ème fois consécutivement par le cercle Magellan dans la catégorie « Meilleure banque pour les expatriés ».

Les meilleures banques traditionnelles pour expatriés

Banques traditionnelles Offre à l'ouverture du compte Coût annuel de la carte bancaire  Info compte courant
HSBC 200€offerts 45€
(voir conditions sur site)
En savoir plus
BNP Paribas CB Gratuite 1 an 44,50 €
(voir conditions sur site)
En savoir plus

 

Banques traditionnelles Coût annuel de la carte bancaire Info compte courant
HSBC 45€
(voir conditions sur site)
En savoir plus
BNP Paribas 44,50 €
(voir conditions sur site)
En savoir plus

Ouvrir un compte bancaire à l’étranger

La loi française autorise parfaitement le fait d’être titulaire d’un ou de plusieurs comptes bancaires à l’étranger. Pour ouvrir un compte chèque, certains établissements réclameront la présentation d’un permis de travail ou d’un visa en cours de validité. L’atout principal est la facilité de gestion de la vie au quotidien dans le pays hôte (salaires, assurance santé, etc.). En règle générale, mieux vaut bien maitriser la langue locale afin de comprendre toutes les conditions du contrat. En cas de litige, la loi locale s’applique, pas la loi française. Notez qu’avoir un compte bancaire dans un établissement en France qui dispose de filiales dans le pays d’accueil facilite les démarches.

Nature des placements autorisés selon le statut fiscal

Certains produits d’épargne ne sont pas accessibles aux non-résidents fiscaux en France : PEA, LDDS, LEP,Livret jeune. Par contre, les livrets d’épargne réglementés (livret A, PEL), l’assurance-vie et les comptes-titres le sont. Pour les usagers possédant un portefeuille d’actions, les plus-values des non-résidents sont exonérées d’impôt. Enfin, l’expatrié doit se méfier de la double imposition en cas de placement à l’étranger en vérifiant l’existence d’une convention fiscale entre les deux pays.

Mis à jour le