En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés. En savoir plus... Accepter
J'ai perdu mon RIB, quels sont les risques ?

J'ai perdu mon RIB, quels sont les risques ?

j-ai-perdu-mon-rib-que-faire

Ce n’est pas tant la perte d’un RIB que sa diffusion auprès de multiples interlocuteurs qui peut amener le doute. Versement du salaire ou d’aides sociales, paiement du loyer ou des diverses factures (eau, gaz, électricité, téléphonie, etc.) : les prélèvements bancaires sont omniprésents. Alors, quels sont les risques encourus quand je délivre un RIB ? A quelles fraudes suis-je exposé ? Pas de panique, on vous dit tout ! 

Les informations présentes sur le RIB

Le RIB (Relevé d’identité bancaire) est un document justificatif, véritable carte d’identité de votre compte courant. Il valide les informations de celui-ci, en indiquant l’établissement bancaire qui l’héberge et les renseignements habituels sur son titulaire. Le RIB permet la bonne tenue des opérations bancaires lors de virements ou de prélèvements. Autrement dit : le RIB autorise les entrées et les sorties d’argent du compte courant.

Comme chacun a déjà pu le constater dans ses démarches, le RIB est un document régulièrement demandé par nombre d’interlocuteurs. C’est le cas d’un employeur qui a besoin du RIB pour virer les salaires de ses collaborateurs, d’une entreprise que vous payez par prélèvement automatique, ou d’institutions publiques comme la Sécurité sociale ou votre centre des impôts. Sachez qu’il est également envisageable de programmer un virement ponctuel en faveur d’un autre particulier, un proche par exemple. Enfin, dans le cadre professionnel, le RIB est essentiel pour régler ses commandes ou se faire rémunérer ses prestations. 

Concrètement, le RIB comprend :

  • le nom et l’adresse du titulaire du compte bancaire ;
  • le code de l’établissement bancaire qui abrite le compte (il s’agit du premier bloc de cinq chiffres) ;
  • le code guichet ou code agence (il s’agit du second bloc de cinq chiffres) ;
  • le numéro de compte en banque qui est formalisé par la série de 21 chiffres et lettres ;
  • la clé du RIB composée de deux chiffres ;
  • la domiciliation du compte bancaire (nom de la banque et de la ville où elle siège).

Pourquoi me parle-t-on d’IBAN ? Est-ce qu’un RIB est un IBAN ? Non, il faut différencier les deux documents même si leur fonction est identique. L’IBAN répond aux standards européens et internationaux. Sa lecture est donc différente de celle d’un RIB franco-français. 

Bon à savoir : Dans cette optique de mise aux normes, l’IBAN se substitue au RIB dans plusieurs opérations : pour les prélèvements nationaux depuis le 1er février 2014 et pour les virements bancaires au niveau mondial depuis le 1er février 2016.

Toutefois, le flou entre IBAN et RIB est logique. En effet, le RIB fait mention du code IBAN (éléments du compte bancaire) qui est associé au code BIC (établissement bancaire). Ainsi, votre IBAN en France est formé de 27 caractères, disposés dans un ordre différent que ceux du RIB. A titre informatif, le code BIC compte 8 à 11 chiffres. 

Comment avoir mon RIB ? La démarche est simple :

  • vous pouvez aller au guichet d’une agence appartenant au réseau de votre banque où le compte est domicilié ;
  • vous pouvez le télécharger en ligne depuis votre espace personnel grâce à votre accès banque à distance sur le site web de votre établissement bancaire ;
  • vous en avez quelques exemplaires au milieu ou à la fin de votre chéquier.

Le RIB est édité pour la première fois lors de l’ouverture de compte bancaire. Il est disponible pour tous types de compte : compte individuel, compte joint, compte épargne ou livret d’épargne comme le livret A et compte professionnel.

Les risques liés à la perte d’un RIB

Le fait de transmettre mon RIB à nombre d’interlocuteurs est-il risqué ? Une personne dotée de mauvaises intentions peut-elle profiter des informations que ce document révèle ? Avant la date du 1er août 2014, les prélèvements bancaires devaient être sources de vigilance. Pourquoi ? Parce que ceux-ci étaient obligatoirement liés avec une autorisation signée en deux exemplaires. L’un était destiné au créancier, l’autre à la banque. 

Le risque d’un faux était possible car certains établissements bancaires ne remplissaient pas toujours leurs obligations. Depuis le 1er août 2014, l’instauration des virements SEPA substitue le mandat à l’ancienne autorisation de prélèvement. Ainsi, vous devez obligatoirement signer le contrat, ce qui réduit les risques de falsifications et de fraudes bancaires. Néanmoins, veillez à surveiller et à suivre ce type de virement pour éviter toutes mésaventures.

Peut-on vider mon compte en banque en me volant mon RIB ? A notre connaissance, il n’est pas possible de vous usurper de l’argent avec seulement les informations du RIB. Attention tout de même à ne pas le divulguer à tout le monde pour limiter les risques. Certains usurpateurs peuvent en tirer profit s’ils sont en possession d’autres informations personnelles.

Soyez méfiant des arnaques qui s’apparentent souvent à un simple email vous demandant d’utiliser un nouveau RIB. Les individus peuvent profiter de votre crédulité en se faisant passer pour votre banque. Dans ce cas de figure, il suffit de vérifier que le message envoyé provient bien de votre établissement bancaire. 

L’escroquerie aux faux RIB touche surtout les comptables et les secrétaires dans le milieu professionnel. Se faisant passer pour un supérieur hiérarchique voire le chef d’entreprise, les pirates pressent la personne pour qu’elle fasse un transfert d’argent sur un compte dont ils délivrent le RIB. Ils peuvent même s’attaquer aux clients et aux fournisseurs de la société afin de récolter frauduleusement encore plus de fonds.

Conseils pour prévenir la fraude aux prélèvements :

  • limiter les prélèvements automatiques pour garder un contrôle, mais aussi leur montant ou leur fréquence ;
  • établir une liste blanche autorisant uniquement l’opération de créanciers cités et une liste noire bloquant les prélèvements de tous les fournisseurs mentionnés ;
  • consulter régulièrement ses relevés de comptes.
Bon à savoir : de plus en plus de banques mettent en place un système d’alertes au sein de votre espace en ligne afin de vous avertir sur le suivi de nouveaux mandats de prélèvement.

Tableau présentant les banques en ligne offrant des notifications concernant les nouveaux prélèvements SEPA

Banques Types de Notifications En savoir plus
Au sein de l'espace client en ligne avec la mise en place des listes blanche et noire Plus d'infos
Au sein de l'espace client en ligne avec la mise en place des listes blanche et noire Plus d'infos
Au sein de l'espace client en ligne avec la mise en place des listes blanche et noire Plus d'infos

- Au sein de l'espace en ligne avec la mise en place des listes blanche et noire

- Notifications Push si vous détenez l'application mobile

Plus d'infos
 Non Communiqué Plus d'infos
Au sein de l'espace client en ligne avec la mise en place des listes blanche et noire Plus d'infos
Alerte SMS via leur service "Alerte compte" Plus d'infos
Non Communiqué Plus d'infos

Tableau présentant les banques traditionnelles offrant des notifications concernant les nouveaux prélèvements SEPA

Banques Types de Notifications En savoir plus
Au sein de l'espace client en ligne avec la mise en place des listes blanche et noire Plus d'infos
Au sein de l'espace client en ligne avec la mise en place des listes blanche et noire Plus d'infos
Au sein de l'espace client en ligne avec la mise en place des listes blanche et noire Plus d'infos
Non Communiqué Plus d'infos
Mis à jour le